26.8 C
Mamoudzou
lundi 6 février 2023
AccueilEconomieLa fédération des entreprises des Outre-mer «extrêmement déçue» par la loi «égalité...

La fédération des entreprises des Outre-mer «extrêmement déçue» par la loi «égalité réelle»

Dans un communiqué diffusé ce mercredi, la FEDOM (Fédération des entreprises des Outre-mer) «se félicite de l’adoption en Conseil des ministres de ce jour de la loi sur l’Egalité réelle, qui traduit une attention particulière du gouvernement pour nos outre-mer». Mais les compliments s’arrêtent là. La FEDOM se dit aussi «extrêmement déçue par le contenu du texte proposé».

Jean-Pierre Philibert (à droite) félicite Thierry Galarme
Jean-Pierre Philibert (à droite) avec Thierry Galarme du MEDEF Mayotte en novembre 2015

«Jean-Pierre Philibert, Président de la FEDOM, rappelle qu’il s’était engagé à soutenir, aux côtés de l’UGPBAN et d’EURODOM, le projet de loi pour l’égalité réelle porté à l’origine par le CREFOM, parce que ce projet devait être porteur de moyens supplémentaires pour les entreprises, et donc in fine pour le développement économique des territoires ultramarins.
La FEDOM avait en conséquence souligné aux parlementaires -lors des différentes auditions sur le projet de texte-, mais aussi au gouvernement et dernièrement au CESE (Conseil Economique et social Environnemental) que l’égalité économique ne serait possible que si la loi contenait des dispositions fortes de nature à accélérer le développement économique des Outre-mer.
Le projet de loi tel qu’il a été présenté aujourd’hui ne répond pas en l’état aux attentes des milieux économiques. Non seulement, il ne contient aucune mesure favorable aux milieux économiques, mais les rares dispositions contenues dans le titre IV intitulé «Dispositions économiques» sont potentiellement dangereuses ou à tout le moins nuisibles pour les entreprises ultramarines.

L’égalité réelle économique ne se décrète pas. Sauf à multiplier les transferts sociaux, elle ne sera possible que grâce aux entreprises, qui seules sont en mesure de créer des richesses partagées et de l’emploi. La FEDOM regrette fortement de n’avoir pas été entendue».

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Conciliateur, Mayotte

Justice – En 2023, le parquet veut intensifier la lutte contre le détournement d’argent...

0
Vendredi matin avait lieu l’audience solennelle de rentrée au tribunal judiciaire de Mamoudzou. L’occasion pour la présidente du tribunal, Catherine Vannier, et le procureur de la République, Yann Le Bris, de faire le bilan de l’année 2022 et de présenter les perspectives pour 2023.
Conseil des prud'hommes, Mayotte, greffier

Prud’hommes : beaucoup d’obstacles surmontés en un an d’exercice !

0
Le tout jeune Conseil des prud’hommes de Mayotte jouait ce vendredi dans la cour des grands en tenant sa 1ère « audience solennelle de rentrée ». L’occasion de revenir sur l’année écoulée.

La filière sciences médico-sociales va être développée à Mayotte

0
Un séminaire de passation de pilotage dans le cadre du projet Suha Na Maecha visant à développer la filière Sciences médico-sociales (SMS) dans l’île était organisé vendredi matin au sein de l’hémicycle Younoussa Bamana du Conseil départemental.

Le Sidevam modernise son site internet et propose de nouveaux services aux usagers

0
Le Syndicat Intercommunal d’Elimination et de Valorisation des Déchets de Mayotte (Sidevam) a lancé récemment une nouvelle version de son site internet www.sidevam976.com. Plusieurs nouveautés sont ainsi présentées.
UICN, Parc Marin, IMPAC5, Mayotte

L’UICN France compte renforcer les protections de mangrove, de coraux, d’herbiers et de la...

0
Dans le cadre de sa stratégie natio­nale 2020-2030 pour les aires protégées, la France s’est engagée à protéger, d’ici 2030, au moins 30 % des espaces terrestres et marins dont un tiers sous protection forte, soit 10%. Les zones de protection forte en mer représentent actuellement 4 % du domaine maritime français. Elles vont s'étendre à 4 nouveaux secteurs

Recent Comments