Un Pass pour voyager: L’Alliance Vanille des compagnies aériennes veut un ciel plus connecté

0
85

congés avionNeuf mois après sa création, l’Alliance Vanille met au monde son premier bébé : un nouveau Pass destiné à faciliter les voyages dans la zone. Ce mercredi, le Comité de décision de cette organisation qui regroupe 4 compagnies aériennes régionales (Air Austral, Air Madagascar, Air Mauritius et Air Seychelles) s’est réuni à Saint-Denis pour faire le point sur les avancées vers «de véritables synergies pour des améliorations concrètes pour le client».

Les quatre compagnies membres ont ainsi travaillé ces derniers mois autour de 4 axes : la recherche de formules tarifaires attractives, la connectivité des programmes de chacun, l’optimisation des partenariats pour multiplier les offres de destinations, et la mise en commun de flottes et d’équipements aéroportuaires.

Quand les maîtres du ciel dans la région affirment que le client qui doit être «au centre de toutes les préoccupations», la traduction concrète est donc, dès le mois de novembre, le déploiement d’un nouveau Pass de voyages pour la zone, avec un tarif plus attractif.

Les résidents des Îles Vanille concernés

Si des Pass existent déjà actuellement, celui qui est annoncé a pour vocation d’être encore plus attractif, sur un large choix de destinations dans la zone. Car actuellement, les offres s’adressaient uniquement aux passagers en possession d’un billet long-courrier, depuis Paris par exemple, ce nouveau Pass inclura quant à lui les résidents des Iles Vanille… et donc probablement les voyageurs au départ de Mayotte.

Pour autant, notre île qui dispose toujours d’une place particulière dans la région devra attendre au mois d’octobre pour savoir de quelle façon elle est concernée. Les destinations et les différentes conditions seront établies à ce moment-là, avant l’entrée en vigueur du dispositif en novembre.

Air Mauritius en ordre de bataille (Photo: JIR)
Air Mauritius membre de l’Alliance Vanille

Il semble néanmoins que ce Pass sera valable, pour un tarif significativement réduit, sur les vols d’Air Austral, Air Madagascar, Air Seychelles et Air Mauritius, pour un minimum de trois parcours achetés simultanément.

Connectivité et réactivité

Au-delà, il est aussi question d’améliorer la connectivité entre les îles Vanille, ce qui passe par un réaménagement du programme de vols pour augmenter les fréquences des vols directs entre La Réunion, Maurice, Madagascar et les Seychelles, mais aussi permettre plus de vols en correspondance avec une connexion de moins de 2h, tout en prévoyant une augmentation de capacité.

Enfin, l’Alliance Vanille a réfléchi à la mise en place de facilités des procédures d’affrètement, utilisant les appareils disponibles au sein même de l’Alliance. Ces affrètements, prévus ou non, pourraient avoir lieu en cas d’irrégularités ou de saisonnalité, à condition que les appareils soient recensés et que les contrats d’affrètements standardisés soit préétablis entre les compagnies membres.

Int’Air îles devient observateur

AVION AIR AUSTRAL«Cela est le fruit d’un travail considérable et complexe réalisé par l’ensemble des équipes», se félicite Marie-Joseph Malé, le président de l’Alliance Vanille. «Les premiers résultats viennent démontrer la forte volonté qui anime les compagnies partenaires de la zone Océan Indien de se mobiliser pour améliorer encore la compétitivité régionale». Celui qui est également le PDG d’Air Austral a également indiqué que «de nouvelles réflexions se poursuivent pour faire aboutir de nouveaux projets».

A l’issue de ce comité, Jean Claude de l’Estrac, le Secrétaire général de la COI, a exprimé sa grande satisfaction de voir la compagnie comorienne Inter Iles Air, représentée par son directeur général Seffoudine Inzoudine rejoindre l’Alliance Vanille en tant qu’observateur. «Cette annonce comorienne est une symphonie à mes oreilles», a-t-il déclaré.

L’Alliance Vanille transporte aujourd’hui plus de 2,3 millions de passagers par an. Elle offre aujourd’hui plus de 50 destinations opérées grâce à plus de 30 avions, emploie près de 6.000 salariés et participe au transport de plus de 2,3 millions de passagers par an.

RR
www.lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here