Voix et salouvas, le défilé Hariti M tient toutes ses promesses

0
186
 Soifouata, gagnante de la 1ère édition de la Voix Hariti M (Photo: Hariti M)
Soifouata, gagnante de la 1ère édition de la Voix Hariti M (Photo: Antho)

Elle a remporté son pari. Depuis deux ans, Moinaecha Hariti tentait de monter un défilé d’un genre un peu particulier. Elle voulait combiner l’art de porter les tenues traditionnelles et les qualités vocales des femmes mahoraises, les salouvas et le débah. Ce samedi matin, c’était enfin le grand jour. Dans la salle du cinéma Alpa Joe à Mamoudzou, une bonne centaine de personnes est venue assister à l’événement.

«Je suis très contente. On voulait profiter du moment du ramadan pour se retrouver entre femmes et se faire plaisir avec de belles tenues et des voix qu’on aime entendre. Ca s’est vraiment très bien passé!» confie Moinaécha Hariti.

Son idée en tête, elle a commencé par contacter une Tsingonienne installée en métropole qui filme régulièrement les débah auxquels elle participe et les diffuse sur Facebook. Sa voix et sa prestance l’avaient conquise. En lui présentant son projet, les deux femmes nouent des contacts et Moinaecha va commencer un véritable petit casting pour mettre en place l’événement.

Un défilé pour toutes les femmes

«J’ai rencontré des femmes de Tsingoni et d’ailleurs que je ne connaissais pas. Par exemple, quand je suis allée au service culturel pour réserver la salle, la dame s’est montrée intéressée tout de suite mais elle se demandait si l’âge ou la taille pouvait être un frein», explique Moinaecha Hariti.

La voix d'Hariti M: Les chants et l'élégance des femmes s'installent dans la salle du cinéma
La voix d’Hariti M: Les chants et l’élégance des femmes s’installent dans la salle du cinéma (Photo: Antho)

Et précisément, non. Car ce défilé est ouvert à toutes les femmes, de tous âges et de toute corpulence, bien loin des diktats des défilés classiques. «Nous avons eu 8 candidates, de l’adolescence jusqu’à la cinquantaine, de toutes tailles et qui avaient toutes en commun de très bien chanter et de savoir valoriser le port du salouva».

Et la gagnante s’appelle Soifouata et habite à Tsingoni. Elle a bluffé le jury avec la douceur de son chant, ses nuances et sa façon de bouger. «Tout le monde a écouté. On était tous admiratifs», relève Moinaecha.

Conséquence, la demande est générale pour installer le rendez-vous et que chaque mois de ramadan soit l’occasion d’organiser ce type de défilé. Moinaecha promet d’y travailler pour proposer une 2e édition l’an prochain… En attendant, la créatrice se prépare à mettre toute son énergie dans la saison des mariages qui devrait débuter tout de suite après la fête de l’Aïd.

RR
www.lejournaldemayotte.com

 La voix d'Hariti M

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here