Le Georges Nahouda va très bien, merci !

0
96

C’est la teneur d’un communiqué envoyé ce week-end aux médias intitulé “Le Nahouda est aux normes”, et destiné à rassurer la population face aux critiques de certains marins du STM (Service de Transport Maritime) qui dénonçaient des problèmes de conception du nouvel amphidrome.

Amphidrome Georges NaoudaUn communiqué signé Daniel Zaïdani mais où l’on sent que le directeur du Service, Robert Amis, n’est pas très loin. Ce dernier a en effet exercé de nombreuses années au Bureau Veritas (BV), organisme chargé d’évaluer la conformité des navires.

Il a donc eu à inspecter de nombreux navires neufs et, si des problèmes de porte ou de constatation de fuites se sont révélés, il s’agit de « mises au point des premiers mois » : « Fuites reprises par les techniciens du chantier, le navire étant sous garantie, aucun cours jus constaté ni d’inquiétude sur des fils électrique apparents ». L’amphidrome a été construit par un chantier breton à Maurice, le Chantier naval de l’océan Indien. (CNOI).

Des critiques qui émanaient d’un marin, alors qu’un des chefs mécaniciens était désigné pour embarquer sur le navire amiral de la flotte STM, « le meilleur de la compagnie, car c’est une récompense de travailler sur un navire neuf ».

Le Conseil général de Mayotte rappelle les évolutions du navire « qui tient compte des avancées technologiques du moment. Il permet d’embarquer un nombre maximal de 233 passagers et de 27 véhicules légers. Il détient la marque «cleanship» (navire propre), l’huile hydraulique est bio-dégradable, les eaux noires peuvent être traitées et/ou conservées à bord, la carène est peinte avec une peinture au silicone sans aucun composant nocif à l’environnement. Il possède un radar et des caméras, ainsi que des toilettes passagers accessibles aux handicapés. Le système fixe d’extinction des compartiments machine n’est pas dangereux pour le personnel (Novec 1230 au lieu de CO2 sur les navires actuels). La passerelle est climatisée et possède une visibilité panoramique ».

Il rappelle les pannes à répétition qu’ont connues les deux barges Maore Mawa et Saffari Djema dès leur mise en service nécessitant leur mise au sec, dont les « entrées de mer dans les propulseurs ».

En conclusion, le président du CG indique que « le navire a obtenu toutes les autorisations nécessaires, émanant de plusieurs organismes de contrôle (Affaire maritimes, Bureau Veritas, …) qui l’ont habilité à naviguer, garantissant ainsi la sécurité du personnel du STM et des passagers ».

Rappelons que le département a investi 5,8 millions dans ce nouvel amphidrome, et que les marchés sont lancés pour deux nouveaux navires et la livraison annoncée pour fin 2016.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here