29.8 C
Mamoudzou
vendredi 19 avril 2024
AccueilEducationL'Union étudiante Mayotte dénonce une rentrée "chaotique" au sein du Cufr

L’Union étudiante Mayotte dénonce une rentrée « chaotique » au sein du Cufr

Par communiqué officiel l’antenne mahoraise de l’ex Union nationale des étudiants de France, devenue l'Union étudiante, dénonce divers points litigieux définissant le Cufr de Mayotte tel « un établissement au rabais » en cette rentrée 2023-2024 amorçant aussi la transformation de ladite institution en Université de Mayotte et ce, au 1er janvier 2024 prochain.

Depuis plusieurs jours, il est apparemment un souci technique majeur relatif au nouveau logiciel d’inscription universitaire intitulé Pégase. Souci engendrant l’incapacité de centaines d’étudiants de pouvoir amorcer et/ou finaliser leur inscription et qui soulève, selon les écrits officiels de ce communiqué plutôt virulent, la non capacité manifeste au regard de cette proche transformation statutaire.

L’Unef Mayotte a changé de camp en mai dernier et s’est ralliée à l’Union Étudiante

À cette récente problématique, se greffe également des revendications et besoins antérieurs propres aux logements étudiants et la mise en place efficiente d’un Crous, toujours non existants, ou encore l’absence d’un réseau internet sur le site, en plus d’un espace d’étude manquant. Divers point soulevés dans ces officiels écrits où le besoin d’indépendance total de cette université est demandé sans tutelle ni assujettissement d’autres universités quelles soient voisines ou métropolitaine : « Une transformation qui n’est pas à la hauteur des enjeux pour les étudiant·e·s mahorais·es (…) Nous exigeons un investissement massif de la part de la direction du Cufr qui après 10 ans de création, n’a prévu aucun dispositif permettant aux étudiant•e•s de mener leur vie dans des conditions dignes (…) Ainsi nous exigeons du Cufr, le retrait de ce nouveau statut et de renoncer à toutes mesures progressives. Les étudiant·e·s mahorais·es ne méritent-ils pas l’adoption du droit commun ? Il en va de leurs avenirs… ».

Jeune homme posant en portait
Said Ratami, président de l’association Union étudiante Mayotte ex Unef

Joint par téléphone, le directeur du futur Institut universitaire de Mayotte, Abal-Kassim Cheik Ahamed a joué la carte de la transparence reconnaissant l’impact actuel de ce problème technique mais qui n’impute ne rien la bonne rentrée des étudiants : « Afin de palier avec efficace réactivité à ce problème, il a été convenu avec l’administration que les élèves concernés par ces soucis logistiques informatisés soient tout de même autorisés à se rendre en cours. La finalisation de leur inscription pourra se faire ultérieurement. Sur 2 000 étudiants, déjà plus de la moitié d’entre eux ont un numéro attribué. C’est un logiciel bien plus complet et fiable qu’avant, nous nous modernisons et cela peut aussi être synonyme de couacs mais en aucun cas il n’y a intérêt à alimenter des stériles polémiques. Mayotte n’est et ne sera une Université au rabais.

(de g. à d) Jacques Mikulovic, recteur de Mayotte aux côtés du directeur du Cufr, Abal-Kassim Cheik Ahamed (photo d’illustration/ événement antérieur)

Je pense que nous avons avant tout besoin d’une mobilisation certes mais constructive et bienveillante. Dénoncer sans apporter de solution n’a jamais fait avancer les choses. Nous serons toujours à l’écoute de nos étudiants, c’est essentiel. Beaucoup de changements et d’évolution ont été apportés au cours de ces 5 dernières années et encore plus depuis ces derniers mois. La vraie question est, qu’est ce que l’Université de demain ne pourra pas faire ? Les acteurs concernés par les questions soulevées notamment en matière de logement Crous ont été rapidement engagés par notre direction. Il est question d’un ensemble de facteurs et intervenants à mobiliser notamment en matière de foncier, de transports etc. Je ne fais pas de politique, je suis un scientifique. À l’Université, la parole se doit d’être libre mais je me répète, critiquer pour critiquer et pointer du doigt ce qu’il ne va pas et omettre tout ce qui a déjà été apporté en terme évolutif, n’est ni constructif ni sain. Mobilisons nous, oui mais pour apporter et trouver ensemble des solutions et non l’inverse ».

 

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Grande dictée du sport : Les femmes de Mayotte, championnes de l’orthographe toutes catégories...

0
« La grande dictée du sport », évènement national organisé autour des JO, s’est déroulé ce lundi 1er avril à l'université de Mayotte de Dembeni. Les femmes ont raflé toutes les premières places que ce soit dans les catégories primaire, collège, lycée et adultes !

La DRAJES et l’université de Mayotte recherchent des correcteurs pour la grande dictée du...

0
La promotion de l’activité physique et sportive ayant été décrétée « Grande Cause Nationale 2024 » par le Président de la République, de nombreux évènements vont être organisés sur tous les territoires de France.

Formation : La licence d’orthoptie officiellement mise en place à Mayotte

0
La signature de la convention pour la mise en place d’une licence en orthoptie a eu lieu hier en fin d’après-midi au campus connecté d’Hajangoua en présence de tous les partenaires. Le secteur de la santé étant une priorité pour le territoire, ce partenariat marque une étape importante dans le développement de la formation supérieure des jeunes et des soins de santé à Mayotte.
dictée, Mayotte, orthographe

La « Grande dictée du sport » aura lieu lundi 1er avril

0
Une Grande dictée du sport aura lieu le 1er avril prochain à Mayotte

Éducation : Une rentrée scolaire très attendue après deux mois sans cours

0
C’était la rentrée hier pour l’ensemble des élèves du premier et du second degré des établissements scolaires de Mayotte. Après plus d’un mois et demi sans avoir eu cours du fait des barrages et des vacances, ils ont pu retourner en classe, non sans avoir perdu un nombre d’heures important d’enseignement essentiel à leur apprentissage.

Recent Comments