30.8 C
Mamoudzou
lundi 4 mars 2024

En bref

Chirongui et Mamoudzou fières de leurs fortes et respectives mobilisations citoyennes pro-Wuambushu.

(®JDM)

Dans un communiqué le maire de Chirongui, Bihaki Daoua, adresse ses plus sincères remerciements aux concitoyens mahorais ayant répondus présents à l’appel du Collectif des citoyens de Mayotte, le jeudi 27 avril dernier au niveau du terrain de football de la commune concernée. Une mobilisation des plus fortes qui s’est confirmée le samedi 29 avril qui a suivi, avec près de 2 900 personnes, recensées par les services de la Préfecture, sur la symbolique Place de la République, entremêlant citoyens, hauts dignitaires et élus de tous bords afin d’envoyer un message fort et clair aux potentiels réfractaires et associations qui ne cautionnent pas cette opération : « les droits de l’Homme ne sont pas à géométrie variable. Voilà maintenant près de 200 ans que Mayotte a choisi son destin en lien avec la République Française et ne compte pas en changer, n’en déplaisent aux ’’droit-de-l’hommisme’’ qui contestent les nations, les états et bien nous sommes venus leurs dire que nous sommes légitimement attachés à nos frontières françaises et nous souhaitons remercier Gérald Darmanin pour cet engagement, en plus de toute la gratitude envers les forces de police et de gendarmerie qui se mobilisent au service de notre sécurité. Mayotte est bel et bien un territoire de la République, voilà ce pourquoi nous sommes mobilisés et cette vague ira bien au delà des frontières de Mayotte pour démontrer que nous sommes fièrement français… » nous confie le député Mansour Kamardine présent à ce grand rassemblement.

Le Conseil économique, social et environnemental de Mayotte (Cesem) publie son officielle motion au regard de l’opération Wuambushu.

Dans son communiqué officiel, le président du Cesem, Abdou S. Dahalani, fait une rétrospective des actions et conséquences relatives au climat d’insécurité propre au département de Mayotte depuis des années et souligne, par la même occasion, divers points et interrogations estimés essentiels en lien avec le niveau de préparation et l’adaptation des moyens de cette opération. Il est par ailleurs demandé la mise en application de la circulaire Taubira au regard des mineurs non accompagnés, la mise en place d’une coopération interservices (polices, justice services sociaux…) entre Mayotte et les pays régionaux, une pérennisation des moyens de Défense actuellement mobilisés sur le territoire (comme cela a été soutenu par G. Darmanin le 21 avril dernier sur France Info), ainsi que la libre circulation sur l’ensemble du territoire national pour les détenteurs d’un titre de séjour délivré à Mayotte. Saluant la pleine mobilisation de l’État à travers cette opération d’envergure, le Cesem tient à soutenir les demandes multiples des maires, d’être associés dans l’instruction des titres de séjour, notamment sur « l’effectivité des situations d’hébergement » relatives aux respectives communes; tout ceci, dans le but de garantir un indispensable aplanissement de la situation, ayant aussi un impact direct sur les volets sécuritaire et économique formel de l’île.

Mansour Kamardine préconise des mesures strictes face aux autorités comoriennes 

Face aux diverses mesures de mauvaise foi et tentatives d’intimidation des instances comoriennes, en plus d’une infraction au Droit international — relative à la réadmission de ressortissants au sein de leur état d’origine — le député LR souhaite acter, avec l’appui demandé du ministère français de l’Intérieur et du Quai d’Orsay, plusieurs décisions fermes à l’encontre du Gouvernement comoriens parmi lesquelles : la fermeture du service des étrangers de la préfecture de Mayotte, la suspension de toute instruction de titre de séjour ainsi que la fermeture complète du service des visas de l’ambassade de France à Moroni. Il est également demandé la suspension de l’ensemble des visas octroyés aux ressortissants comoriens à destination de Mayotte mais aussi de l’ensemble du territoire français en plus d’une cessation d’appui de l’État français auprès des organisations internationales, de l’U.E, du Fonds monétaire international ou encore de la Banque mondiale. En plus de la suspension provisoire des aides financières de la France, il est sollicité que tout ressortissant comorien aspirant à la demande d’un visa ou un titre de séjour français, reconnaisse, par écrit « l’appartenance de Mayotte à la France dans ses démarches administratives et que l’absence de cette reconnaissance soit un motif de rejet de sa demande ». À voir si le Gouvernement français appuiera les doléances du député.

Démantèlement d’un trafic de violences organisées ?

C’est ce samedi 29 avril que le sénateur Thani Mohamed Soilihi annonçait publiquement avec émotion, et quasiment en avant première via ses réseaux sociaux, l’arrestation d’un ’’leader’’ présumé en lien avec les dernières violences perpétrées, notamment sur Doujani. L’homme en question, en situation irrégulière et âgé de 38 ans, selon nos confères de Cnews, était déjà connus des services de police et avait été condamné à 7 ans d’incarcération pour des faits de vols et séquestration. Son arrestation fait partie d’une vague d’interpellations en cours au regard des conjointes, discrètes et efficaces actions de terrain que mènent les forces de police et de gendarmerie. Bien que cette information fuitée soit désormais connue au plus grand nombre, il est à noter que ni le Parquet de Mayotte ni les autorités officielles, n’ont communiqué à ce sujet sachant les arrestation et comparution immédiate de plusieurs individus en lien avec ces violences. La rédaction du JDM vous tiendra informés en temps voulu.

L’opération terrain et interpellations se poursuit (®MLG)

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
DTPN, Frédéric Veaux, Céline Berthon, Thani MOhamed Soilihi, Mayotte

Le grand chef de la police nationale a parlé sécurité à Mayotte

0
Dans la suite logique du porte-à-porte ministériel des parlementaires mahorais sur l’insécurité, il fut encore question de méthode, mais cette fois avec Frédéric Veaux. Avec un objectif, mettre ces jeunes hors d’état de nuire. "Il faut changer de doctrine", réclame le sénateur Thani Mohamed Soilihi
Eric Ciotti, Mansour Kamardine, Mayotte, Emmanuel Macron,

Eric Ciotti demande l’instauration de l’état d’urgence sécuritaire à Mayotte

0
C’est la vertu du démarchage des élus, et le bénéfice d’avoir fait venir le président des LR à Mayotte : Eric Ciotti se fait un porte-voix de leurs demandes
Gérald Darmanin, Mansour Kamardine, Mayotte

Engagements G. Darmanin : les demandes du député Kamardine pour accélérer le processus

0
A la suite du courrier du ministre de l’Intérieur, le député mahorais se dit « disponible » pour travailler à l’ensemble de mesure, notamment sur le projet de loi Mayotte, et avant toute démarche des domaines...
Gabriel Attal, Olivier Marleix, Mayotte, Mansour Kamardine, Estelle Youssouffa

Gabriel Attal à l’Assemblée nationale : « La situation à Mayotte est insupportable »

0
Pour obtenir des mesures du gouvernement au contexte dénoncé par les Forces vives, il faut passer par les élus et le préfet, invite le Premier ministre
Thani Mohamed Soilihi, conseil constitutionnel, immigration, Mayotte, Sénat

Insécurité et loi Immigration : la position du sénateur Thani Mohamed Soilihi

0
Alors que les barrages érigés par la population contre la délinquance jouent à cache-cache avec les ordres du préfet, le sénateur Thani Mohamed Soilihi juge la situation d'insécurité « intenable » sur le territoire et dit comprendre la colère des manifestants. Après que le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius ait cité en exemple son amendement de 2018 sur le plateau de "C à vous" sur France 5 le sénateur mahorais décrypte la censure partielle de la loi Immigration

Recent Comments