27.8 C
Mamoudzou
samedi 28 janvier 2023
AccueiljusticeComores : perpétuité pour Sambi et confiscation de tous ses biens

Comores : perpétuité pour Sambi et confiscation de tous ses biens

La cour de sûreté de l’Etat a suivi en partie les réquisitoires du ministère public. La justice a ordonné la saisie de tous les biens de l’ancien président, de son ancien vice-président Mohamed Ali Soilihi et de ceux de Bachar Kiwan condamné par contumace, car considéré comme le cerveau de l'opération.

Le verdict est tombé ce lundi 28 novembre à Moroni. L’ancien chef d’Etat Ahmed Abdallah Sambi, âgé aujourd’hui de 64 ans a été condamné à la perpétuité pour sa responsabilité dans le programme de citoyenneté économique mis en œuvre entre 2006 et 2011. Il s’agit de la peine la plus lourde jamais infligée à une ancienne autorité politique.

La cour de sûreté de l’Etat a suivi en partie les réquisitoires du ministère public. La justice a ordonné la saisie de tous les biens de l’ancien président, de l’ancien vice-président Mohamed Ali Soilihi, condamné à 20 ans de prison ferme et ceux de Bachar Kiwan condamné par contumace.

Le président de la Cour a émis un mandat d’arrêt contre ce franco-syrien considéré comme le cerveau du programme de vente des passeports. Des peines allant de 24 mois à 10 ans ont été prononcées contre d’autres inculpés dont un ancien ministre des Finances et un ancien député.

Le préjudice total qu’a subi l’Etat comorien est estimé à 917 millions de dollars provenant de la vente de passeports et qui n’ont jamais atterris au trésor public. L’ancien président et l’ancien vice-président ainsi que d’autres responsables à l’époque des faits, dont un neveu de Sambi, ont été reconnus responsables de la vente de passeports « en dehors des circuits normaux, via de réseaux mafieux ». Le procès a suscité de nombreux commentaires passionnés aux Comores, nous y reviendrons dans une prochaine édition.

A.S. Kemba

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

« Les Merveilleux de l’océan Indien », le 28 janvier à 18h à l’auditorium...

0
L'association Hippocampus existe depuis 2009 et propose régulièrement des spectacles au travers de sa programmation culturelle. Pour lancer cette nouvelle saison, elle met en valeur les contes de l’océan Indien avec un spectacle du...
Catherine Colonna, Jean-Louis Bourlanges, COI, Comores, Union africaine, Mayotte

Reconnaissance de Mayotte à la COI : un alignement de planètes ?

0
Le retrait de l’examen par l’Assemblée nationale du projet de loi autorisant l’approbation de l’accord portant révision de l’accord général de coopération entre les États membres de la COI, provoque diverses réactions allant de la révolution à la prudence dans notre classe politique. Elles sont révélatrices de la complexité du sujet
COI, La Réunion, Mayotte, Comores, France

Le député Kamardine demande de réviser à la hausse l’accord entre Etats de la...

0
Après l'intervention en commission des affaires étrangères de la députée Estelle Youssouffa pour demander à l’Assemblée nationale de ne pas ratifier le nouveau traité de la Commission de l’océan Indien qui ne fait pas...

Comores : Une maladie végétale détectée après la fièvre aphteuse

0
La fusariose TR4 qui décime les bananiers existe probablement dans l’archipel, selon l’Institut national de recherche pour l’agriculture, la pêche et l’environnement (INRAPE). Il y a quelques jours, le directeur général de cet institut, Dr Hamza Abdou Azali, avait annoncé un travail en cours d’identification de la souche de la fièvre aphteuse découverte chez des bovins en provenance de la Tanzanie et du Kenya. Des échantillons ont été envoyés en Afrique du sud pour des analyses préliminaires.

Interpellations de 238 étrangers en situation irrégulière le week-end dernier

0
Le week-end du nouvel an a été l’occasion pour les forces de l’ordre de mener plusieurs opérations de contrôle notamment d’alcoolémie, d’usage de stupéfiants ou encore de défauts d’assurance et de permis. La gendarmerie de Mayotte a, par ailleurs, effectué un certain nombre d’interpellations en marge du déplacement du ministre de l’Intérieur.

Recent Comments