24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 30 septembre 2022
AccueilEconomieReportage au cœur de la centrale électrique de Longoni : des moteurs...

Reportage au cœur de la centrale électrique de Longoni : des moteurs et des Hommes

Zone non interconnectée, Mayotte est dépendante à plus de 90 % de l’énergie fossile. Si la part du photovoltaïque tend à augmenter, les moteurs du site de Longoni fournissent pour l’heure 75 % de la production d’électricité du 101e département. Une plongée au cœur de la matrice énergétique de l’île.

Les épais murs en béton étouffent de moins en moins les mugissements des machines à l’approche de l’imposant bâtiment Longoni 1. Ses cinq massives portes renferment chacune un moteur diesel, tels ceux que l’on trouve dans les voitures, à ceci près que les proportions sont titanesques. Dans son prolongement, s’élève Longoni 2 dont les entrailles contiennent trois loges abritant chacune son moteur ; les plus récents et les plus puissants du site. « Les huit moteurs ne fonctionnent pas tout le temps », éclaire Hadidja Ali Toybou, cheffe de centrale à Longoni. « Il y en a quatre souvent qui tournent et les autres sont en appui, par exemple, en cas de pic de consommation d’électricité », précise-t-elle.

Un des cinq moteurs de Longoni 1

De la mécanique de précision pour assurer la maintenance des moteurs

Cette disposition en loge individuelle permet« de couper le bruit entre les moteurs et de limiter les vibrations quand un mécanicien est en maintenance », explique la cheffe de centrale. Ces opérations d’entretien préventif sont régulières sur les moteurs, « toutes les 1000 heures de fonctionnement », informe Ibrahim Baco, chef de pôle adjoint au pôle production.

Ces contrôles permettent de prémunir l’usure de la mécanique et d’allonger leur espérance de fonctionnement. Une nécessité dans la mesure où « toute nouvelle centrale qui n’est pas en lien avec l’énergie renouvelable ne peut se construire », poursuit-il. En somme, en l’état, c’est-à-dire avec une alimentation au gasoil, si un des moteurs venait à expirer, il ne pourrait tout simplement pas être remplacé au regard des réglementations en vigueur. « Ce sera différent quand nous basculerons sur le bioliquide », renseigne Ibrahim Baco. Quand le basculement de carburant est-il prévu ? « Nous attendons la signature de la Programmation pluriannuelle de l’énergie », informe le chef de pôle adjoint au pôle production, tout en précisant « pour l’échéancier, d’ici 2 à 3 ans pour le site des Badamier et un peu plus long pour Longoni compte tenu de certains travaux à réaliser ».

Pour minimiser les risques de casse, ces opérations de contrôles sont doublées « tous les deux ans par

Les bâtiments Longoni 1 et Longoni 2 renfermant les 8 moteurs diesels du site

une maintenance constructeur, ce qui correspond à 10 000 heures de fonctionnement. Le moteur est alors entièrement désossé », détaille Hadidja Ali Toybou. Néanmoins, si une panne se déclare sur l’une des machines, le site dispose d’un service magasin stockant les pièces nécessaires pour, au besoin, réparer. Sachant que tous les moteurs ne fonctionnent pas simultanément, il y en a toujours un pour prendre le relais. « Il y a eu beaucoup d’efforts réalisés pour réduire les coupures d’électricité. A partir du moment où on décide de mettre en marche un moteur, il faut deux minutes pour qu’il commence à produire de l’électricité », renseigne le chef de pôle adjoint au pôle production.

Se prémunir contre le risque d’incendie

La disposition en loge est aussi un moyen efficace pour lutter contre le feu. « Elle circonscrit le risque de propagation d’incendie d’un moteur à un autre », indique la cheffe de centrale. Cet aménagement tient à la modernité du site, Longoni 1 datant de 2009 et Longoni 2 de 2015. A contrario, les moteurs de la centrale de Badamiers « sont en vrac dans les halls » des bâtiments Bada 1 (1985) et Bada 2 (1999).

La salle de contrôle de la centrale de Longoni

Le feu étant de loin le risque numéro 1 sur le site, une tuyauterie d’un rouge vif cercle les façades des bâtiments abritant les moteurs et s’enfonce dans chaque alcôve pour alimenter, au besoin, des vannes déluges. « Il s’agit du système incendie. Il est entièrement automatisé », souligne Ibrahim Baco. Hadidja Ali Toybou abonde, « on a toujours un stock d’eau pour lutter contre un incendie. On peut tenir une heure s’il y a une coupure d’eau », avant d’expliquer que « chaque technicien de la centrale est formé à la lutte contre les incendies ». Ainsi, une fois par mois un exercice sur le site est réalisé afin de peaufiner les gestes et les procédures du personnel. Un professionnalisme renforcé au contact des pompiers lors de l’exercice annuel grandeur nature pour assurer une mise en condition totale.

En outre, chaque loge de moteur dispose d’un système de caméras de surveillance. Depuis la salle de contrôle, le chef de bloc dont la mission est de piloter la production d’électricité, peut observer en temps réel les machines. Il est appuyé dans sa mission par un rondier qui fait le tour des équipements. En cas de doute, il peut se rendre directement sur place. Cette complémentarité au sein des équipes assure une réactivité nécessaire pour assurer, coûte que coûte, la production d’électricité pour Mayotte.

Pierre Mouysset

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Toujours la réparation des inégalités au menu de la grève interprofessionnelle...

139533
La grève interprofessionnelle nationale de ce jeudi a été peu suivie à Mayotte, alors que les revendications sur les inégalités qui perdurent doivent être portées. C'est ce qu'ont fait plusieurs syndicats, CGT, dont CGT Educ'action, FSU, Solidaire, UNSA, SUD, qui se sont rassemblés place de la République. Peu de réponses en retour, mais des évolutions en cours
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139533
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139533
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139533
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139533
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139533
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com