27.8 C
Mamoudzou
dimanche 25 février 2024
AccueilEconomieReportage au cœur de la centrale électrique de Longoni : des moteurs...

Reportage au cœur de la centrale électrique de Longoni : des moteurs et des Hommes

Zone non interconnectée, Mayotte est dépendante à plus de 90 % de l’énergie fossile. Si la part de du photovoltaïque tend à augmenter, les moteurs du site de Longoni fournissent pour l’heure 75 % de la production d’électricité du 101e département. Une plongée au cœur de la matrice énergétique de l’île.

Les épais murs en béton étouffent de moins en moins les mugissements des machines à l’approche de l’imposant bâtiment Longoni 1. Ses cinq massives portes renferment chacune un moteur diesel, tels ceux que l’on trouve dans les voitures, à ceci près que les proportions sont titanesques. Dans son prolongement, s’élève Longoni 2 dont les entrailles contiennent trois loges abritant chacune son moteur ; les plus récents et les plus puissants du site. « Les huit moteurs ne fonctionnent pas tout le temps », éclaire Hadidja Ali Toybou, cheffe de centrale à Longoni. « Il y en a quatre souvent qui tournent et les autres sont en appui, par exemple, en cas de pic de consommation d’électricité », précise-t-elle.

Un des cinq moteurs de Longoni 1

De la mécanique de précision pour assurer la maintenance des moteurs

Cette disposition en loge individuelle permet« de couper le bruit entre les moteurs et de limiter les vibrations quand un mécanicien est en maintenance », explique la cheffe de centrale. Ces opérations d’entretien préventif sont régulières sur les moteurs, « toutes les 1000 heures de fonctionnement », informe Ibrahim Baco, chef de pôle adjoint au pôle production.

Ces contrôles permettent de prémunir l’usure de la mécanique et d’allonger leur espérance de fonctionnement. Une nécessité dans la mesure où « toute nouvelle centrale qui n’est pas en lien avec l’énergie renouvelable ne peut se construire », poursuit-il. En somme, en l’état, c’est-à-dire avec une alimentation au gasoil, si un des moteurs venait à expirer, il ne pourrait tout simplement pas être remplacé au regard des réglementations en vigueur. « Ce sera différent quand nous basculerons sur le bioliquide », renseigne Ibrahim Baco. Quand le basculement de carburant est-il prévu ? « Nous attendons la signature de la Programmation pluriannuelle de l’énergie », informe le chef de pôle adjoint au pôle production, tout en précisant « pour l’échéancier, d’ici 2 à 3 ans pour le site des Badamier et un peu plus long pour Longoni compte tenu de certains travaux à réaliser ».

Pour minimiser les risques de casse, ces opérations de contrôles sont doublées « tous les deux ans par

Les bâtiments Longoni 1 et Longoni 2 renfermant les 8 moteurs diesels du site

une maintenance constructeur, ce qui correspond à 10 000 heures de fonctionnement. Le moteur est alors entièrement désossé », détaille Hadidja Ali Toybou. Néanmoins, si une panne se déclare sur l’une des machines, le site dispose d’un service magasin stockant les pièces nécessaires pour réparer au besoin. Sachant que tous les moteurs ne fonctionnent pas en simultané, il y en a toujours un pour prendre le relais. « Il y a eu beaucoup d’efforts réalisés pour réduire les coupures d’électricité. A partir du moment où on décide de mettre en marche un moteur, il faut deux minutes pour qu’il commence à produire de l’électricité », renseigne le chef de pôle adjoint au pôle production.

Se prémunir contre le risque d’incendie

La disposition en loge est aussi un moyen efficace pour lutter contre le feu. « Elle circonscrit le risque de propagation d’incendie d’un moteur à un autre », indique la cheffe de centrale. Cet aménagement tient à la modernité du site, Longoni 1 datant de 2009 et Longoni 2 de 2015. A contrario, les moteurs de la centrale de Badamiers « sont en vrac dans les halls » des bâtiments Bada 1 (1985) et Bada 2 (1999).

La salle de contrôle de la centrale de Longoni

Le feu étant de loin le risque numéro 1 sur le site, une tuyauterie d’un rouge vif cercle les façades des bâtiments abritant les moteurs et s’enfonce dans chaque alcôve pour alimenter, au besoin, des vannes déluges. « Il s’agit du système incendie. Il est entièrement automatisé », souligne Ibrahim Baco. Hadidja Ali Toybou abonde, « on a toujours un stock d’eau pour lutter contre un incendie. On peut tenir une heure s’il y a une coupure d’eau », avant d’expliquer que « chaque technicien de la centrale est formé à la lutte contre les incendies ». Ainsi, une fois par mois un exercice sur le site est réalisé afin de peaufiner les gestes et les procédures du personnel. Un professionnalisme renforcé au contact des pompiers lors de l’exercice annuel grandeur nature pour assurer une mise en condition totale.

En outre, chaque loge de moteur dispose d’un système de caméras de surveillance. Depuis la salle de contrôle, le chef de bloc dont la mission est de piloter la production d’électricité, peut observer en temps réel les machines. Il est appuyé dans sa mission par un rondier qui fait le tour des équipements. En cas de doute, il peut se rendre directement sur place. Cette complémentarité au sein des équipes assure une réactivité nécessaire pour assurer coûte que coûte la production d’électricité pour Mayotte.

Pierre Mouysset

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Soliha et EDM au secours de la précarité énergétique !

0
Soliha, association d’aide à l’habitat solidaire et EDM ont uni leurs forces ce jeudi 23 novembre pour tenir un stand informatif à propos de la précarité énergétique sur la Place de la République. Les informations ne portaient pas tant sur la question des aides financières en soi que sur les techniques de rénovation des maisons afin d’économiser de l’énergie.

De décharge à centrale photovoltaïque : le site de Hamaha retrouve une seconde jeunesse...

0
La centrale photovoltaïque de Hamaha a été inaugurée ce mardi 21 novembre sur le site de l’ancienne décharge. Créée par la société Akuo, producteur et développeur indépendant d’énergie renouvelable à travers le monde, cette centrale sera mise en service le 1er décembre et permettra de fournir de l’électricité via EDM à 1700 Mahorais. Un pas de plus vers la transition énergétique de l’île aux parfums !
Sécurité civile, Mayotte, ForMISC, eau, écoles, EDM

Le durcissement des coupures engendre des tensions sur le stockage de l’eau

0
L’étau se resserre : le durcissement du temps de coupure passant de 48 à 54 h tous les trois jours depuis ce mercredi met à mal les capacités de stockage de tous les établissements qui doivent rajouter des cuves aux cuves. La Sécurité civile arrive alors en dépannage, et se prépare à alimenter les sites stratégiques de Petite Terre comme la centrale EDM
EDM, Mayotte, électricité

Blackout électrique : un câble sous-marin entre Petite et Grande Terre fautif

0
En plus des coupures d'eau, l'électricité s'est invitée à la crise ce mercredi. La réalimentation s'est faite dans les deux à trois heures environ en fonction des zones

Accident mortel lors d’une manutention sur le Kiara à Longoni ce mercredi

0
Une des opérations de manutention s'est soldée par un drame ce mercredi au port de Longoni. Selon nos informations, le container qui a été soulevé du navire par un sprader (sorte mâchoire métallique) était...

Recent Comments