A midi précise, le sujet de la finale de la Web-Cup 2015 a été dévoilé en vidéo. Les équipes finalistes venues de Madagascar, des Comores, des Seychelles, de La Réunion, de Maurice et bien entendu les Mahorais vont plancher sur la création d’une plateforme dédiée à un centre secours ultramoderne.

Les délégations en compétition entourent Miss Mayotte Mohamed Sidi vice pdt du département en charge de la coopération régionale et les membres du GEMTIC
Les délégations en compétition entourent Miss Mayotte Mohamed Sidi, vice pdt du département en charge de la coopération régionale, et les membres du GEMTIC

Il y a 10 ans, un moyen de transport ultramoderne a été créé pour relier les différentes îles de l’océan Indien. Mais les accidents se multiplient ainsi que la disparition de navires. Les web-cupeurs doivent donc développer une plateforme web dédiée à un centre de secours ultramoderne. « Cette plateforme devra permettre, entre autres, la géolocalisation des navires, la gestion des équipes en charge des interventions, d’informer le grand public » et de permettre « aux nombreux navires de plaisance de pouvoir faire remonter tout incident ».

Le thème de la finale 2015 de la Web-Cup a été dévoilé à midi. Les équipes vont maintenant travailler pendant 24 heures non-stop pour élaborer le meilleur site web sur le sujet. Tout devra être bouclé demain dimanche à midi. Chaque équipe aura alors 5 minutes pour présenter son travail et 3 minutes pour répondre aux questions du jury avant la délibération finale qui désignera le vainqueur de l’épreuve.

«C’est la suite du sujet des finales locales et comme c’est la finale, on a placé la barre un peu plus haut », explique Fabien Degieux… Et comme l’équipe de la web-cup reconnaît avoir toujours été « un peu sadique » le sujet devrait se complexifier au cours des 24 heures de compétition.

Six îles et bientôt 7 en compétition

Le web-ring de la finale à Mamoudzou
Le web-ring de la finale à Mamoudzouvèu)

Hier vendredi, après l’arrivée tardive des dernières délégations en provenance de La Réunion et de Maurice, Isabelle Chevreuil, vice-présidente de la CCI, porteur du projet en partenariat avec le GEMTIC*, pouvait partageait son «vrai plaisir» d’accueillir l’événement à Mayotte.

«En 2012, on s’est rendu compte des compétences dans toute la région et depuis l’événement prend chaque année de l’ampleur», se félicite Fabien Degieux, le président de l’association Web-Cup. De 4 îles en compétition pour la 1ère édition, nous en sommes aujourd’hui à 6 et Rodrigues a envoyé des observateurs cette année pour pouvoir concourir l’an prochain de façon autonome.

Un événement web et public

L'équipe mahoraise en compétition pour la finale
L’équipe mahoraise en compétition pour la finale

Concrètement, l’événement est ouvert au public dans les superbes locaux de la SIM à Mamoudzou. Durant ces 24h, vous pouvez venir voir les différentes équipes travailler à l’élaboration de leur site. «C’est aussi une volonté de rapprocher le grand public pour sortir du monde des geeks et que chacun voit la façon dont on conçoit un site web. C’est aussi un moment où les entreprises peuvent venir repérer des talents», souligne Fabien Degieux.

Vous pouvez également les suivre sur leur page Facebook respective (voir ici la page de Mayotte). Lors des précédentes éditions, certains compétiteurs ont été repérés. Des Malgaches ont ainsi été recrutés par une société mauricienne et pouvoir afficher une participation à cette finale devient au fil des ans, un atout sur un CV.

En attendant, pour les concurrents, pas le temps de penser à la suite… Il ne reste déjà plus que 23h40, au moment où nous publions ses lignes pour venir à bout de leur mission.
RR
www.lejournaldemayotte.com

*Les partenaires de l’événement: la préfecture, le département de Mayotte, Roger’s aviation

L'équipe réunionnaise prête à plancher sur la plateforme de centre de secours
L’équipe réunionnaise prête à plancher sur la plateforme de centre de secours

Web Cup finale logo

image_pdfFaites un PDF avec l'article

Comments are closed.