Le Quotidien a titré sur cette incroyable histoire
Le Quotidien a titré sur cette incroyable histoire
Le Quotidien a titré sur cette incroyable histoire

Eugeniusz Reket est un miraculé. Ce Polonais, né en 1962 en Lituanie à l’ère soviétique. Discriminé en Pologne, il émigre aux USA en 2000 où il obtient l’asile politique. Titulaire d’une Green Card, il travaille jusqu’à la crise des Subprimes qui le laisse au chômage. Ces péripéties « semblent plausibles » pour le Quotidien de la Réunion qui raconte cette histoire fantastique. En 2010, l’aventure marine commence pour ce réfugié d’Europe en Amérique qui part en Inde acheter une chaloupe de sauvetage d’un ancien paquebot, afin de tenter sa chance en mer. Sur l’embarcation de survie de 50m², il part d’Inde vers l’Indonésie puis le Kenya. Mais dans l’Océan Indien, son mat casse et il répare aux Comores où il séjourne deux ans et demi. De là, il espère rallier Durban en Afrique du Sud, voyage pour lequel il obtient l’aval des autorités comoriennes. Mais il vaut d’abord faire une halte à… Mayotte.

Malheureusement pour lui, c’est cette fois sa quille qui se brise. Le bateau part à la dérive pendant 7 longs mois, ne passe pas par Mayotte, contourne Madagascar pour arriver, à Noël, près des côtes réunionnaises où il dérive encore près d’une semaine avant que des plaisanciers l’aperçoivent et lui portent secours. Ce sont finalement les bénévoles de la SNSM, la Société nationale de secours en mer, qui le remorquent à bon port. Ne disposant ni de radio ni de batterie, il n’avait aucun moyen de contacter les nombreux autres navires qu’il aperçu durant cette semaine où il a cru mourir si près des côtes.
Pendant son périple, l’homme se nourrit de poisson qu’il pêche. Quand il n’attrape rien, de maigres réserves de riz, épuisées quand il est secouru, lui permettent de tenir le coup.

Une histoire crédible ?

Des zones d’ombre subsistent toutefois quant à l’histoire de ce miraculé de Noël, qui serait presque trop belle. Après ses deux ans et demi aux Comores à vivre de « petits boulots », titulaire de papiers américains et sans parler un mot de français, l’homme affirme avoir vécu pendant sept mois en mer sans réserve d’eau, se contentant de la pluie. Ce qui dans l’Océan Indien en saison sèche implique une chance incroyable. D’autant qu’il n’était pas seul à bord, puisqu’il aurait ramené un chat de son séjour aux Comores. Vivre de poisson et de riz est en revanche plausible selon le Dr Bellon interrogé par le Quotidien de la Réunion.

Si l’histoire est vraie, elle tombe à pic le jour de Noël et n’a sûrement pas fini de faire parler d’elle.

Y.D. avec Le Quotidien de la Réunion

image_pdfFaites un PDF avec l'article

Comments are closed.