La photo de l’appartement du couple diffusée par la police nationale

Ce mercredi un couple dont la femme est infirmière, était déféré devant la justice pour avoir tenté de se fournir frauduleusement des médicaments à base de morphine.

La police rapporte qu’un individu “se disant infirmier se présentait à la pharmacie du CHM muni d’une fausse ordonnance et tentait de se faire remettre des ampoules de MIZADOLAM, (produit morphinique de la famille des benzodiazepines). Le pharmacien de garde méfiant, refusait de remettre ce médicament réglementé. L’individu décidément désireux d’obtenir le produit,contactait sa compagne infirmière libérale, qui téléphonait au pharmacien.

Ce dernier lui demandait de se présenter en personne, ce qu’elle fit. Présentant une carte professionnelle attestant de sa qualité, elle réitérait la demande de son compagnon, prétendant que le médicament était destiné à adoucir la fin de vie d’une patiente. Le pharmacien trouvant son récit incohérent, contactait la famille de la supposée malade. Il apprenait que la patiente était décédée au début du mois de novembre et qu’elle n’avait jamais eu recours au médicament en question. Cette dernière sentant que son stratagème était découvert s’enfuyait avec son ami.

La sûreté urbaine parvenait à localiser le couple qui était interpellé et placé en garde à vue. L’enquête a permis d’établir que l’infirmière n’en était pas à son coup d’essai, se faisant remettre des médicaments du même type prétextant des soins à prodiguer à des malades. L’homme quant à lui, déclarait se faire livrer de la cocaïne depuis la métropole. La perquisition effectuée à leur domicile permettait de découvrir un logement très désordonné et où s’amoncelaient au sol des seringues usagées et des déchets divers. Les deux individus étaient déférés devant la justice mercredi matin pour un placement sous contrôle judiciaire.”