Accueillir les personnes âgées et les personnes en situation de handicap au sein d’une famille plutôt que créer des maisons de retraite : c’est ce que propose le Conseil général à travers le dispositif d’accueil familial.

Cocos«De plus en plus de personnes âgées sont dans des situations difficiles», indique Marie Giordano, à la Direction des personnes âgées et des personnes handicapées du Conseil général. Pour y pallier, le département a choisi de mettre en place l’accueil familial. Ce mode d’accueil et d’hébergement concerne les personnes âgées ou handicapées ne disposant pas de l’autonomie suffisante pour vivre à leur domicile.

L’accueillant familial est une personne ou un couple titulaire d’un agrément lui permettant d’accueillir à son domicile, moyennant rémunération, des personnes âgées ou handicapées adultes. La personne âgée ou handicapée hébergée (ou son représentant légal) est l’employeur de l’accueillant familial.
Dans le cadre de la mise en place de ce dispositif, le Conseil général informe les personnes qui souhaitent accueillir, à titre onéreux, des personnes âgées ou des personnes adultes en situation de handicap à leur domicile, d’adresser leur demande au Président du Conseil général de Mayotte pour l’obtention d’un agrément.

L’agrément est valable pour 3 personnes maximum, pour 5 ans, et est délivré après évaluation par des travailleurs sociaux et un psychologue.

La personne âgée ou handicapée verse une indemnisation à sa famille d’accueil, «elle est calculée en fonction des services rendus», explique Marie Giordano. Mais, les personnes âgées ayant peu de ressources à Mayotte, c’est la plupart des cas le Conseil général qui leur vient déjà en aide, notamment quand elles ont besoin d’une auxiliaire de vie.

Les services sociaux ayant noté un isolement croissant des personnes âgées ou vivant avec un handicap, un premier pas a été franchi, «malgré l’absence d’aides d’Etat comme l’Allocation personnalisée d’autonomie qui existe en métropole».

«Tout le monde peut postuler !» indique Marie Giordano, «nous communiquerons néanmoins bientôt les critères exigés».

Anne Perzo-Lafond