L'annonce d'Ericka Bareigts a réjoui les acteurs du social
Le Mbiwi improvisé d'Ericka Bareigts devant le SIEAM à l'issue de la réunion avec les acteurs locaux
Le Mbiwi improvisé d’Ericka Bareigts devant le SIEAM à l’issue de la réunion avec les acteurs locaux

« Après plus de 6 semaines de blocages, une levée des barrages mais une poursuite du mouvement contre l’insécurité ont été décidées à Mayotte lundi soir. La levée des barrages se révèle partielle aujourd’hui car une partie de la population en a décidé autrement. Cette crise qui affaiblit un peu plus l’île aux parfums déjà en situation de fragilité extrême, a braqué les projecteurs nationaux sur le 101ème département Français. Cette crispation, conséquence directe d’une départementalisation mal préparée et mal pilotée, accordée sans moyens, dans une visée électoraliste par Nicolas Sarkozy en mars 2011, interroge sur la relation de la France avec ses Outremer. »

Dans ce contexte, l’élue s’interroge sur la solidarité nationale. « Peut-on parler de solidarité nationale quand la question du coût des Outre-mer revient de manière lancinante ? Nos Outre-mer sont globalement sous dotés pour ce qui relève des services de l’Etat. Ils sont pourtant réputés « coûter cher à la France ». Se pose t-on la question du coût de la Nièvre ou des Ardennes ? Se pose-t-on la question du coût de la législation spécifique en Alsace ? Nos territoires ne coûtent pas à la France, ils sont la France. Malheureusement aujourd’hui encore, trop souvent, une dichotomie stérile nourrit une opposition marquée entre les Outre-mer et l’Hexagone » écrit-elle.
Et de dénoncer un système de vases communicants entre les DOM en termes de sécurité, alors même que tous sont en sous-effectifs.  » En matière de sécurité par exemple, alors que certains territoires se placent en tête des taux de criminalité, d’insécurité, d’homicides en France, les ratios des forces de l’ordre par habitant sont au plus bas. Pourtant, lorsque Mayotte nécessite un renfort de sécurité, c’est en Guadeloupe, 3ème département de France en terme de faits de violences, 4ème en matière de cambriolage et à La Réunion que ces renforts sont ponctionnés. 35 gendarmes mobiles viennent en effet de quitter la Guadeloupe, deux compagnies d’intervention sont parties de La Réunion pour être déployées à Mayotte. Déshabiller Jacques, pour habiller Paul. »

Bientôt la solidarité réelle ?

Ericka Bareigts à Acoua en octobre 2016
Ericka Bareigts à Acoua en octobre 2016

Une logique que le JDM avait déjà dénoncée lors de l’annonce de ces renforts contestés dans les deux départements lésés. D’autant que pendant ce temps, ce sont pas moins de 25 escadrons de gendarmes mobiles qui sont mobilisés pour déloger la ZAD de Notre Dame des Landes.
Elle poursuit en appelant à une réelle solidarité.
« A La Réunion, nous avons un proverbe qui dit « i touch un, i touch tout », c’est une belle philosophie dont le gouvernement gagnerait à s’inspirer. Les classes tournantes de Mayotte ne sont pas un problème spécifiquement mahorais, ou ultramarin, c’est un problème français, l’insécurité à Mayotte n’est pas un problème spécifiquement mahorais, c’est un problème français, les taux d’illettrisme, de chômage, les grossesses précoces. Nous sommes tous concernés par ces sujets. C’est la substantifique moelle de notre système de solidarité, dont l’application ne se limite pas aux frontières maritimes de l’Hexagone. »

L'annonce d'Ericka Bareigts a réjoui les acteurs du social
Ericka Bareigts avait effectué plusieurs visites à Mayotte.

Les médias nationaux, miroir de ce désintérêt de la métropole pour ses outre-mer, en prennent aussi pour leur grade. « Peut-on parler de communauté nationale quand on sait que la plupart des médias nationaux ne s’intéressent encore à nos Outre-mer qu’en période de crise. Un requin à La Réunion, et demain la Dengue, une crise sociale à Mayotte, un crime en Guadeloupe, un cyclone à Saint- Martin. Pendant que les jeunes Mahorais sont contraints d’effectuer leur scolarité dans des classes tournantes, faute de moyens mis à disposition, que les malades mahorais sont soignés dans des conditions sanitaires
inacceptables en France, que la vie économique se dégrade ; les migrants venant des îles voisines des Comores continuent à affluer car à quelques dizaines de kilomètres, la situation est encore pire, dans les États les plus pauvres du monde. « 

Coopération régionale
Dans un contexte de fortes tensions communautaires à Mayotte, l’élue en revient à la solidarité, nationale mais aussi régionale. « La solution pérenne, je souhaite le réaffirmer ici, passe par un véritable projet de co-développement avec les Comores. On ne peut espérer voir côtoyer à quelques encablures, des populations qui ont une histoire commune mais dont les niveaux de vie connaîtraient un écart grandissant. La tentation du mieux-vivre resterait trop forte pour nos voisins comoriens. La Réunion pourrait jouer un rôle dans ce drame qui se déroule à ses portes. Dans le cadre de la coopération régionale notamment, en complément et en coordination de l’action de l’État Français, nous pourrions apporter une assistance particulière aux îles comoriennes pour les aider à s’équiper dans le domaine de la santé, de l’éducation et de l’agriculture. »

Et de rappeler ce que représentent nos territoires loin de Paris pour la France.

« La France hexagonale ignore depuis trop longtemps le potentiel que représente cette France océanique.

Sait-on suffisamment que la France doit son deuxième rang mondial en terme de surface maritime principalement à la Polynésie ?
Sait-on suffisamment que Mayotte compte l’un des plus beaux lagons du monde ?
Sait-on suffisamment que les Outre-mer sont des terrains d’expérimentations privilégiés pour la recherche sur les énergies renouvelables ? »

Elle appelle la France à définir « précisément, dans cette partie du monde, une véritable stratégie d’influence et engage les moyens à la mesure des enjeux. »

Ericka Bareigts revêtue du salouva traditionnel
Ericka Bareigts revêtue du salouva traditionnel

Et de conclure « Aujourd’hui, le manque d’ambition pour nos Outre-mer se fait sentir. Il est plus qu’urgent, sous peine de voire se multiplier les crises dévastatrices pour les territoires et les citoyens de développer une vision globale, ambitieuse, déterminée, construite en lien avec les territoires. L’Etat, les collectivités, les établissements publics de coopération intercommunale et les acteurs économiques et sociaux doivent pouvoir définir ensemble, en co-construction, une vision partagée du développement du territoire, des stratégies à suivre et des outils à mettre en œuvre sur lesquels nous nous engagerons collectivement. »

La co-construction, c’est précisément le leitmotiv d’Annick Girardin pour Mayotte, qui en a fait le maître mot du travail engagé avec les émissaires.

En espérant que la médiatisation de la crise sociale à Mayotte serve enfin d’électrochoc pour que l’Outre-mer soit enfin entendu et considéré à la hauteur de ce qu’il apporte à la République.

Y.D.