La Poste de Dembéni

La direction régionale de la Poste, la police, la gendarmerie et la préfecture signent une convention de partenariat pour renforcer leurs relations. Objectif : préserver la tranquillité des 19 bureaux de poste de Mayotte.

La signature du partenariat entre le commissaire Philippe Miziniak, le directeur régional de la Poste Christian Montès, la sous-préfète Flrence Ghilbert-Bezard et le colonel de gendarmerie Jean Gouvart
La signature du partenariat entre le commissaire Philippe Miziniak, le directeur régional de la Poste Christian Montès, la sous-préfète Florence Ghilbert-Bezard et le colonel de gendarmerie Jean Gouvart

Cette signature vient concrétiser un lien déjà ancien entre les forces de l’ordre et la Poste. «C’est l’aboutissement d’une convention en gestation depuis 18 mois», souligne le capitaine Franck Racine, officier de prévention à la gendarmerie. Autour de la table, tous les acteurs de ce partenariat marquaient leur satisfaction ce mardi matin car si la volonté partagée est d’assurer la sécurité des clients et des agents, ce sont des actions très concrètes qui vont se mettre en place.

«Nous allons échanger les coordonnées pour pourvoir prévenir le plus rapidement possible en cas de problème. Nous allons aussi plus largement échanger des informations comme par exemple les plans des établissements mis à jour», explique Christian Montès, le directeur régional de la Poste de Mayotte. «L’idée est que nous perdions le moins de temps possible s’il se passe quelque chose», complète le commissaire de police Miziniak.

La convention pour fluidifier et renforcer les liens entre les bureaux de poste et les forces de l'ordre
La convention pour fluidifier et renforcer les liens entre les bureaux de poste et les forces de l’ordre

Des formations vont également être dispensées dans les 19 bureaux de postes de Mayotte aux agents et aux responsables des sites. «Il faut que les personnels disposent des bons réflexes et apprennent à ne pas prendre de risques inconsidérés en cas de problème», précise le capitaine Racine. Il s’agit donc de renforcer les formations «sécurité» annuelles déjà organisées par la Poste une fois par an qui permettent par exemple aux personnels de gérer une situation de tension avec un client.

Co-production de sécurité

Cette signature tombe à point nommé, comme une illustration de la stratégie mise en œuvre par la préfecture. «Les forces de l’ordre sont là pour mener des actions de répression mais aussi de prévention pour mieux lutter contre la délinquance. Nous sommes dans un très bon exemple de co-production de sécurité, avec un échange de bons procédés», explique Florence Ghilbert-Bezard, sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de Mayotte.

La Poste logoLogiquement, ce type de partenariat est appelé à se développer avec les commerces de proximité, l’hôpital ou différentes institutions, comme cela se fait déjà en métropole. «Cette convention existe au niveau national. Elle est déclinée dans chaque département et Mayotte trouve sa place dans cette déclinaison», se réjouit-elle.

La Poste plutôt préservée

L’intérêt de ce partenariat est aussi de mettre en place des dispositifs avant que des réelles tensions apparaissent et que des comportements déplacés s’installent. Car la Poste semble, à l’heure actuelle, plutôt préservée par la masse d’incivilités qui peuvent pourrir le quotidien, malgré un nombre de clients toujours plus important et un réseau qui poursuit son déploiement.

En marge de cette signature, on apprenait en effet que 3 nouvelles agences postales vont ouvrir leurs portes dans les mois à venir, à Ouangani et Acoua avant la fin de l’année et à Poroani en 2016… Et même une 4e très attendue à l’aéroport.
RR
Le Journal de Mayotte

Une convention au coeur de la stratégie de "co-production de sécurité" chère à la préfecture
Une convention au coeur de la stratégie de « co-production de sécurité » chère à la préfecture