Pour la famille Hamissi, venue de Saint-Denis, Sainte-Marie et Saint-André, le 31 décembre se fête en famille.

Il fallait se lever tôt ce 31 décembre pour réserver sa place dans l’une des multiples aires de pique-nique de La Réunion. Ici, comme à Mayotte, le Nouvel an se fête en famille et entre amis, mais surtout, en extérieur ! Sur cette île où le pique-nique est élevé au rang de religion, les plages sont prises d’assaut et le moindre petit bout de gazon est prisé.

Un bon kangué préparé et assaisonné selon la tradition mahoraise.

La famille Hamissi, rencontrée au parc de Bois Madame à Sainte-Marie, n’a pas dérogé à la règle : « on s’est levé à 5h30, le temps de faire la prière et on est venu réserver notre table ! ». Pendant que les femmes s’affairent aux assaisonnements et aux fritures, les hommes découpent la viande et supervisent la cuisson. Originaire des quatre coins de Mayotte, la famille est désormais installée à La Réunion depuis plus d’une décennie. Grands-mères, sœurs, beaux-frères et enfants, tous sont réunis pour partager un bon moment, faire la fête et surtout rire. « Pour nous le Nouvel An ce n’est pas aussi important que pour les chrétiens, mais disons que c’est une bonne occasion de se réunir ».

Le kangué lé la !

Au menu de ce 31 décembre : brochettes, poulet grillé, kangué, bananes et fruits à pain. L’organisation s’est faite naturellement : « Chacun ramène ce qu’il a chez lui et pour le reste on a cotisé. Les bananes viennent du marché et le fruit à pain c’est un ami qui a un arbre dans son jardin et qui nous en a offert », explique l’une des cuisinières.

Les hommes supervisent la cuisson de la viande.

Si le repas respecte la gastronomie mahoraise, il manque un petit quelque chose pour le patriarche qui s’affaire autour du barbecue : « même si on est en famille, le pays nous manque c’est sûr, surtout dans ces moments-là ». Du côté des femmes, où la rigolade va bon train, pas de place pour la nostalgie : « On est ensemble, entre sœurs et belles-sœurs, les enfants sont avec nous ! Ah si, la seule chose qui nous manque ce sont les belles plages de Mayotte ! »

Pas de voulé sans brochettes !

Sous le soleil de Sainte-Marie, les familles affluent autour des petits farés, les groupes électrogènes alimentent les sonos, l’ambiance monte en attendant le crépuscule et les feux d’artifice qui viendront illuminer la nuit.

MC