.
Les conséquences imprévisibles sur l'activité
Une cartographie absolument exhaustive de tout le bâti de Mayotte

Pour l’INSEE, rendre incontestables les méthodes et les résultats du prochain recensement de la population est une obsession bien compréhensible. Alors que les chiffres de l’enquête de 2012 suscitent beaucoup de scepticisme, l’institut a mis en place une démarche pour faire valider chacune des étapes du recensement 2017 par l’ensemble des mairies.

Après une première réunion autour des maires et du préfet pour présenter la méthode en juin, puis la nomination par les communes d’un correspondant «référendum» (13 communes sur 17 l’ont déjà fait), le recensement entre dans sa première phase de terrain, une étape spécifiquement mahoraise.

«C’est quelque chose de très original, de très complet mais aussi de très conséquent qu’on ne fait pas ailleurs. Cette méthode est spécifique à Mayotte car on ne dispose pas des mêmes conditions que les autres territoires», explique Jamel Mekkaoui, le responsable de l’INSEE Mayotte.

Cette étape consiste à réaliser un inventaire complet et absolument exhaustif du bâti dans le département. Immeubles, maisons, bangas… Le moindre élément construit doit être répertorié.

Une cartographie intégralement remise à jour

«Nous avons mené ce type d’opération pour la première fois pour le recensement précédent. Et depuis, nous réalisons une mise à jour du 5e de cette cartographie tous les ans», précise Jamel Mekkaoui. Il y a cinq ans, ce travail avait ensuite été mis à disposition de la DEAL et d’autres institutions. Le géoportail de Mayotte s’était également appuyé sur ce étude unique en son genre par son ampleur.

.
Immeubles, maisons, bangas… des enquêteurs sur le terrain pendant 7 mois pour valider les photos aériennes

Pour le recensement 2017, cette cartographie va donc être intégralement remise à jour. Après le travail sur des photos aériennes, 12 enquêteurs et 5 agents de l’INSEE vont réaliser un travail de repérage des logements. Ils vont sillonner le territoire pendant près de 7 mois, munis d’une carte officielle les accréditant. «Ils doivent localiser toutes les constructions des communes de Mayotte et y dénombrer les éventuels logements», explique Jamel Mekkaoui.

L’expertise des communes, à chaque étape

Cette opération démarre ce lundi 8 août et se terminera le 28 février 2017. Une fois ce travail achevé, il sera soumis à «l’expertise des communes» de Mayotte. Elles pourront ainsi compléter certaines informations grâce à leur propre connaissance du terrain et affiner les données qui mériteraient de l’être. Les communes vont donc valider -et connaître- l’intégralité des constructions de leur territoire.

Avec cette méthode de travail, non seulement, elles pourront suivre au plus près le travail de recensement proprement dit l’an dit prochain, mais elles vont aussi disposer d’un élément de cartographie parfaitement à jour, un outil que peu d’entre elles pourrait s’offrir.

«Ensuite, nous fournirons les plans et l’ensemble de ces éléments aux agents recenseurs. Ils feront partie de leurs carnets de tournée», indique Jamel Mekkaoui. Ce sont ces agents qui assureront la collecte réelle des chiffres de la population. Ils seront 530 à être co-recrutés d’ici un an. Là encore, l’INSEE a tenu à associer les communes. De cette façon, une nouvelle fois, les municipalités seront des pièces maîtresses de la fabrication des chiffres officiels du département.

RR
www.lejournaldemayotte.com

image_pdfFaites un PDF avec l'article

Comments are closed.