Qualité bactériologique de l'eau du robinet (ARS OI)

L’Agence de Santé Océan Indien (ARS OI) est chargée du contrôle sanitaire de l’eau destinée à la consommation humaine à Mayotte. Ses agents du service Santé-Environnement réalisent des prélèvements chaque semaine, qui sont ensuite analysés par des laboratoires de Mayotte, de La Réunion et de la Drôme. Chaque résultat fait l’objet d’un avis sanitaire, adressé aux collectivités, conformément au Code de la Santé Publique.

À Mayotte, le Syndicat Intercommunal d’Eau et d’Assainissement de Mayotte (SIEAM) est chargé de la gestion de l’eau potable. Il a délégué cette mission à une compagnie privée, la Société Mahoraise des Eaux (SMAE).

On sait que plus de 99% des prélèvements réalisés présentaient des résultats confoems en 2017, « les situations de non conformité restent de courte durée et sans impact pour la santé des consommateurs », complète l’ARS.

Sur la carte, les habitants du sud qui, cette année là ont vu leur robinet à sec deux jours sur trois, avec une eau peu potable qu’il fallait faire bouillir lors de la remise en eau, seront contents d’apprendre qu’en temps normal, ils sont les mieux lotis en matière de pureté de l’eau avec la Petite Terre, c’est moins bien au nord-est par contre.

Bonne qualité aux rampes aussi

Les rampes d’eau en février 2017

Une période de pénurie où des rampes d’alimentation en eau ont été installées dans les villages du sud, « en effet, pendant les coupures d’eau, l’eau dans le réseau de distribution et aux robinets des consommateurs n’était plus garantie comme potable, rapporte l’ARS OI, le contrôle sanitaire de l’eau réalisé par l’ARS sur les rampes d’alimentation n’a montré aucune non-conformité de la qualité de l’eau distribuée. »

Parmi les paramètres examinés, la conductivité de l’eau est évaluée à 77%, l’indicateur le moins bon, « en-dessous des exigences de qualité ». Il est lié à la faible minéralisation naturelle de l’eau à Mayotte, et peut être à l’origine de la corrosion des canalisations métalliques, potentiellement nocive pour la santé (saturnisme) si elles sont en plomb. Heureusement, il n’y en a aucune à Mayotte, selon l’ARS.

« Faire bouillir l’eau après une remise en eau », c’est un des conseils réguliers de la SMAE. L’ARS en délivre d’autres. « De retour au domicile après une longue absence, l’eau a stagné dans les canalisations et peut être momentanément impropre à la consommation : faites couler l’eau quelques minutes avant de la boire.

Pour les réseaux privés après compteur, utilisez des tuyaux et des équipements agréés pour le transport de l’eau potable. Veillez à enterrer les tuyaux et à les maintenir en pression. A défaut, faites couler l’eau quelques minutes avant de la boire.
Stockage de l’eau pour un usage alimentaire, utilisez des récipients propres, fermés et équipés d’un robinet pour préserver la qualité de l’eau. L’eau conservée en dehors d’un réfrigérateur doit être renouvelée quotidiennement pour éviter qu’elle ne s’altère, compte tenu de la disparition du chlore.

Lorsqu’un cyclone est imminent, pensez à constituer des réserves d’eau (citernes, bassines…) et à stocker de l’eau embouteillée pour la boisson (2 litres par personne et par jour).

Après une coupure d’eau, lorsque l’eau revient au robinet après une coupure, elle peut être impropre à la consommation durant plusieurs heures. Il est nécessaire durant la première demi-journée suivant la remise en eau de : laisser couler l’eau jusqu’à ce qu’elle soit claire, privilégier les usages non alimentaires (WC, ménage…), préférer la consommation d’eau embouteillée, à défaut d’eau embouteillée, il est recommandé pour une utilisation de l’eau pour la boisson ou la préparation des aliments de la porter à ébullition à feu très fort (gros bouillon) pendant une durée de 5 mn puis de la laisser refroidir pour éviter tout risque de brûlure.”