Une coupe pour la Coco après les 10km de marche
A l'arrivée des 10km de marche
A l’arrivée des 10km de marche

Le réseau départemental des CCAS de Mayotte se construit et les actions de ces centres communaux sont de plus en plus importantes. Après Pamandzi, Sada, Bandraboua et d’autres, c’est un groupement de jeune nommé «Café Ado» et le CCAS de Tsingoni qui organisait une journée de sensibilisation.

Le départ est prévu aux alentours de 9 heures. Devant les locaux du CCAS, de nombreux jeunes ont rendez-vous pour un checking pré-randonnée. Les participants, excités et pressés, commencent à affluer vers la grande salle du local. Les accompagnateurs débutent alors la vérification des participants présents, et la liste est bien longue.

Sur le papier, environ 60 personnes devaient prendre part à la randonnée. En réalité, l’effet bouche-à-oreille aura fonctionné, au grand plaisir du directeur du CCAS de Tsingoni Madi Soula : «Nous sommes heureux car il y a eu plus de personnes que ce que nous avions prévu. Cela prouve que la communication a bien fonctionné et que la population comprend l’enjeux de ces journées dédiées à la santé».

Renforcer le lien social intergénérationnel

La visée de cette journée sport-santé était avant tout sociétale. Ainsi, cette opération intergénérationnelle devait rassembler autant les enfants que les personnes âgées, notamment pour lutter contre l’isolement social. Pourtant, si la plupart des participants avaient entre 6 et 25 ans, seulement une personne âgée avait répondu présente.

Une coupe pour la Coco après les 10km de marche
Une coupe pour la Coco après les 10km de marche

Dés le début de la randonnée, la présence de cette courageuse «coco» ravissait les participants. Durant presque 10 kilomètres allant du CCAS au terrain de foot de Tsingoni en passant par la retenue collinaire de Combani et les vestiges de Mroalé, la «coco» comme l’appelait les jeunes, a fièrement tenu bon à travers la forêt, les pentes, les branches et les obstacles.

Un esprit sain dans un corps sain

Le tracé de la randonné était ambitieux. Ainsi, un peu plus d’une dizaine d’accompagnateurs (membres du Café Ado, agents de la mairie, membres du CCAS…) ont donné le pas et encouragé les participants parfois fatigués durant cette longue randonnée.

Prendre conscience des bienfaits sanitaires du sport et d’une bonne alimentation, c’était aussi le grand enjeu de cette opération de sensibilisation. «Moi-même, je ne suis pas très sportive et je n’ai pas forcément de bonnes habitudes alimentaires», explique une accompagnatrice. «Mais il est important de faire attention parce qu’il s’agit de nos corps et quand on veut on peut ! Donc je suis là, fatiguée voire épuisée, à expliquer aux jeunes filles qu’il faut faire attention alors qu’à leur âge, elles tiennent mieux que moi l’effort physique. Mais bon, ça reste notre rôle de faire de la prévention».

Café Ado, des initiatives en devenir

Dans le parcours un passage par la retenue collinaire de Combani
Dans le parcours un passage par la retenue collinaire de Combani

Si le CCAS de Tsingoni a calibré l’opération, celle-ci a été presque entièrement organisée par le groupement de jeune Café Ado. Ce collectif créé il y a un an rassemble environ 50 jeunes de Tsingoni et de ses environs. Depuis la création du groupe, ses membres s’activent afin de faire vivre la culture parmi la jeunesse de la commune. «Je suis impressionné de voir le travail accompli par les jeunes du Café Ado. Ils sont à l’initiative de cette action et l’ont organisé eux-mêmes. D’ailleurs si elle a autant fonctionné, c’est grâce à eux», remarquait Madi Soula.

Café Ado, c’est un groupement en devenir qui fait bien plus qu’organiser ces journées sportives. Tout au long de l’année, ces jeunes font preuve d’une motivation sans limite pour exprimer leurs talents. «Un jour, une troupe de théâtre avait assisté à une représentation des jeunes du Café Ado. Un des membres de cette troupe m’a alors parlé de leur travail en les complimentant grandement. Je suis donc allé voir une leurs représentations et moi-même, j’ai été surpris par la qualité de leur travail. S’ils veulent faire du théâtre, ils demandent au CCAS le nécessaire et écrivent leurs pièces eux-mêmes. Une fois, ils souhaitaient faire du slam. Ils ont alors tout organisé et se sont créés un show de slam. Et aujourd’hui, on les retrouve derrière l’organisation de cette journée!» s’extasiait le directeur du CCAS.

Mener des actions faites par la jeunesse pour valoriser le lien social entre les générations, sensibiliser les participants au sport et à l’alimentation : opération réussie pour le CCAS de Tsingoni et les jeunes du Café Ado. Cerise sur le gâteau, à la fin de la randonnée des coupes ont été remises à la fameuse «coco» et à la plus jeune participante pour les féliciter du parcours.

Ludivine Ali
www.lejournaldemayotte.com

A Tsingoni comme dans de nombreuses communes, les CCAS prennent de l'ampleur
A Tsingoni comme dans de nombreuses communes, les CCAS prennent de l’ampleur