HJB
Henry Jean-Baptiste (photo : Assemblée nationale)

Ramlati Ali (députée) :

Après Jean-François Hory, c’est un autre grand défenseur de Mayotte française qui nous a quitté aujourd’hui : Henry Jean-Baptiste.
Député de 1986 à 2002, il avait présenté, en 1999, un manifeste en faveur de la départementalisation signé de l’ensemble des élus de l’île. Il a montré le chemin de l’unité des élus et les succès qui en découlent même si cela peut prendre du temps.
J’adresse mes sincères condoléances à sa famille et ses proches et je garde en mémoire cette volonté d’une Mayotte forte avec des élus qui collaborent à la réussite de notre île.

Daniel Zaïdani (ancien président du Conseil Départemental) :

Triste nouvelle pour Mayotte et ses Sorodas. Henri JEAN-BAPTISTE s’est éteint. Il restera un homme d’exception, qui a incarné et porté la Départementalisation de Mayotte. A l’Assemblée Nationale, il n’a jamais changé ni de discours ni de cap, c’est pourquoi les Mahoraises et les Mahorais l’ont reconduit  à 4 reprises au poste de Député de Mayotte de 1986 à 2002. Lors  de ma précédente fonction ce fut un honneur pour moi de l’accueillir le 29 mars 2013, à l’hémicycle Younoussa BAMANA pour le 2ème anniversaire de la Départementalisation où il nous a rappeléavec talent et émotion, la longue marche de la départementalisation et les réticences initiales de nombreuses personnalités politique en métropole. Son savoir faire, sa combativité et ses qualités humanistes nous inspire chaque jour pour réussir maintenant notre intégration institutionnelle au sein de l’Europe et de la  France. Au nom de tous les Sorodas de Mayotte, je présente nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches. Son image souriante et avenante restera à jamais gravé dans nos cœurs.

Mansour Kamardine (député) :

Nous apprenons, en ce début d’année, avec une tristesse redoublée, le décès d’Henry-Jean BAPTISTE, ancien député de Mayotte, qui aura, au cours des quatre mandats parlementaires effectués sans discontinuité, de 1986 à 2002, contribué à l’ancrage et la consolidation de Mayotte au sein de la République. Ce brillant conseiller référendaire à la Cour des comptes, qui conseilla le président Valéry GISCARD D’ESTAING au palais de l’Elysée, était originaire de Martinique. « D’une île à l’autre », il aura effectué une traversée de l’atlantique au service de la République et de Mayotte française. Il n’aura eu de cesse, durant ses seize années de parlementaire, de construire, « à petits pas », pour reprendre son expression, le 101èmedépartement français, en particulier à travers la création de la collectivité départementale de Mayotte, véhicule institutionnel de transition entre le statut de territoire d’outremer et de département d’outremer. C’est, quelques jours après la disparition de Jean-François HORY, également ancien député de Mayotte, une nouvelle et importante perte pour l’ensemble des Mahorais.

Je salue sa mémoire et présente à sa famille et à ses proches mes condoléances les plus attristées .

Younous Omarjee (député européen) :

C’est avec une grande tristesse que j’apprends la disparition de Henry Jean Baptiste , qui s’éteint à l’issue d’une longue vie d’engagements et productive d’idées souvent lumineuses et toujours mises en partage, pour les outremers. C’est avec son départ une grande figure ultramarine qui s’en va. « Étudiant brillant, après ses études au lycée Schœlcher de Fort-de-France, à la Martinique, il poursuit ses études à Paris, au lycée Janson-de-Sailly et à la Sorbonne. Titulaire d’une licence de droit, ainsi que d’une licence de philosophie, il est diplômé de sciences politiques. Et surtout faisait la fierté des ultramarins pour avoir été reçu « major » au concours d’entrée à l’ENA en 1958.

Conseiller personnel de deux présidents de la République, d’abord au Sénégal, pour le premier président sénégalais Léopold Sédar Senghor puis conseiller personnel du président français Valéry Giscard d’Estaing, Henry Jean Baptiste restera pour nous tous le défenseur infatigable de MAYOTTE dont il fut plusieurs fois le représentant à l’Assemblée nationale. Né martiniquais , il était devenu aussi Mahorais par amour de cette île et de sa population dont il a épousé tous les combats. MAYOTTE, une île qu’il aimait par dessus tout et pour laquelle il s’est inlassablement battu pour la meilleure intégration et prise en compte au sein de la République. La République qu’il chérissait. Il avait la conviction , chevillée au corps, que la France, avait le devoir moral d’être au rendez vous et à la hauteur de l’acte de foi et de volonté d’appartenance de Mayotte à la République. Il faut aussi avoir parcouru Mayotte avec lui pour comprendre les liens uniques qui unissait Henry Jean Baptiste à la population mahoraise , qui très tôt a reconnu en lui l’un des siens et l’avait de son vivant même érigé comme au statut de grand sage. ..Par la profondeur de sa pensée, sa culture et son intelligence rare, il était assurément une référence , malgré les divergences parfois de vision politique. Je m’incline respectueusement ce soir devant sa mémoire et présente à sa famille, à ses amis et a ses proches mes sincères condoléances.

Et vous, avez-vous connu Henry Jean-Baptiste, à Mayotte ou ailleurs ? N’hésitez pas à partager vos témoignages ou anecdotes en commentaires.