Les drapeaux syndicaux sur la boutique Orange de Kawéni durant le conflit social

C’est la fin d’un interminable conflit. Les représentants régionaux et nationaux du syndicat Sud Télécom d’un côté et la direction nationale et régional d’Orange de l’autre, ont signé, hier mardi soir à La Réunion le protocole de sortie de conflit.

Les drapeaux syndicaux sur la boutique Orange de Kawéni durant le conflit social
Les drapeaux syndicaux sur la boutique Orange de Kawéni durant le conflit social

Les grévistes ont obtenu une indemnité «vie chère» de 60 euros mensuels rétroactive au mois de mars 2011, date de la départementalisation de Mayotte. Cette indemnité sera versée en septembre et octobre 2015.

Pour autant, les choses ne sont pas fixées. En plus du cabinet Mercer désigné par la direction du groupe de téléphonie, deux autres études menées par une association de consommateur et l’INSEE serviront de base, en octobre et en janvier, à établir la réalité de la cherté de la vie à Mayotte et ainsi rouvrir des négociations pour ajuster cette indemnité.

Concernant le protocole de sortie du mouvement, il a été convenu entre la direction et le syndicat que les retenues de salaires consécutives aux jours de grèves qui ne seront pas payés, pourront être étalées, au choix des salariés, pendant un an.

Ce conflit restera comme un des plus longs qu’ait connu Mayotte. Démarré le 27 juillet, il a donc débouché sur un protocole rédigé vendredi soir et signé hier mardi. Il a profondément perturbé l’activité commerciale mais aussi les services techniques de l’opérateur de téléphonie. Concernant le volet judiciaire du conflit, le syndicat Sud Télécom et les salariés grévistes condamnés en référé pour entrave maintiennent leur appel.