Une opération de police qui a permis l'interpellation d'un jeune à la Convalescence hier mardi soir
Une opération de police

Parmi les interventions des forces de sécurité de ces derniers jours, voici tout d’abord par moins de 5 affaires de menace. La première s’est déroulée à Bouéni, jeudi dernier. Dans la cour d’un banga, un homme mime un égorgement en direction de ses victimes et tout indique qu’il est également prêt à casser leur habitation. Le motif? Une banale histoire de prêt de téléphone portable. Les gendarmes de Sada sont intervenus. Tribunal en juillet.

Autre menace de mort à Mamoudzou, vendredi matin. Les policiers de la BAC interpellent deux jeunes garçons qui venaient de tenter d’intimider deux jeunes femmes. Elles refusaient de leur donner de l’argent. L’âge des agresseurs ne peut que laisser pantois : 14 ans pour le plus âgé et 11 ans pour le plus jeune, porteur d’un couteau. Le «petit» a été remis à ses parents et les deux sont convoqués chez le juge des enfants.

Vendredi toujours à Acoua, il était 21h15 lorsque deux adolescents, de 15 et 18 ans, sont interpellés par les gendarmes. En état d’ivresse évidente, ils n’avaient pas encore eu le temps d’utiliser le couteau et la machette qu’ils avaient avec eux. Ils ont reconnu être à la recherche d’un Anjouanais en situation irrégulière avec lequel ils avaient eu une altercation plutôt dans la journée. Placé en garde à vue, ils en sont ressortis avec une convocation devant les magistrats… ce qui ne les a pas empêchés de continuer à s’en prendre à la même personne. Ils ont à nouveau été interpellés ce dimanche et placés en garde à vue.

Il «roulottait» une voiture devant le commissariat

Les riverains de Cavani stade ont contacté la police vers 23h15 vendredi. Ils venaient d’être menacés par une vingtaine de jeunes brandissant machettes, pierres, barres de fer et couteaux. Un seul a pu être interpelé par la brigade de police de nuit. Agé de 16 ans et placé en famille d’accueil, il était en état d’ivresse (0,65 mg/l d’air expiré). Tribunal en juillet.

Le commissariat de police de Mamoudzou
Le commissariat de police de Mamoudzou

Enfin, un individu complètement ivre menaçait avec son chombo les clients de brochettis à Mgombani puis les policiers appelés sur les lieux. Âgé de 20 ans, l’individu a été maîtrisé et a fait l’objet d’un rappel à la loi.

Nous continuons avec une longue série de vols et de violences. D’abord, un vol à la roulotte devant le commissariat annexe de Mamoudzou, ce dimanche 3 avril dans la nuit. Un individu «roulottait» une voiture y dérobant un panier. Âgé de 18 ans et sans papier, il a été expulsé.

Vers un placement en centre fermé hors Mayotte

Vol à l’étalage à Kawéni, ensuite, de la part de 5 à 6 gamins qui dérobaient des bouteilles d’alcool et d’autres marchandises dans un supermarché avant de gazer les vigiles avec des lacrymogènes. La vidéo était là et a permis d’identifier un de jeunes arrêtés «non sans difficulté», indique la police. Agé de 13 ans et demi, le garçon a été placé en garde à vue car il était recherché pour d’autres faits de violences. Présenté au parquet de Mamoudzou, il a été placé en foyer à Mayotte dans l’attente d’un placement dans un centre éducatif fermé hors du département.

Police casquetteSamedi matin, le soleil n’était pas encore levé lorsqu’un jeune de 24 ans a été arrêté à proximité d’une boite de nuit. Il était venu en découdre avec un client à l’intérieur, armé d’un upanga (coupe-coupe) de 70 centimètres. Garde à vue et tribunal en juillet.
Même programme pour un jeune de 15 ans arrêté à Cavani, reconnu par sa victime agressée dans la nuit de samedi à dimanche par 4 individus.

Il veut frapper un policier dans le commissariat

Le programme du tribunal se remplissant rapidement, c’est au mois d’août qu’un autre jeune de 24 ans devra répondre de son comportement de samedi soir. Après avoir menacé et tenté de frapper un fonctionnaire de la BAC qui allait prendre son service, l’homme a continué ses agissements à l’intérieur du commissariat… ce qui n’était pas très malin. Le temps pour le policier de déposer plainte et l’homme était interpellé.

Sachez, pour finir, qu’une série de contrôles routiers ont été réalisés ce weekend. Samedi à Dzaoudzi la gendarmerie a relevé 2 alcoolémies positives (entre 16h et 17h) et 5 excès de vitesse. Sur le Quai Colas à Mamoudzou, vendredi dans la nuit, les policiers ont arrêté un conducteur d’un deux-roues en état d’ivresse, sans permis et sans assurance… Tribunal en juillet.

RR
www.lejournaldemayotte.com