La puce du rat, Xenopsylla cheopis est le principal vecteur de la peste (Crédits photo: Wiki Commons)

Madagascar déclare l’état d’urgence dans trois districts du sud-est du pays pour demander à l’ONU d’intervenir alors qu’une épidémie de peste menace d’être particulièrement sévère.

Yersinia_pestis, la bactérie responsable de la peste (Crédits photo: wiki commons)
Yersinia pestis, la bactérie responsable de la peste
(Crédits photo: wiki commons)

Cinquante-huit cas ont été recensés ces trois derniers mois et 26 personnes sont mortes dans cette région en octobre et novembre.
Les autres malades, une trentaine de personnes, sont désormais hors de danger et l’épidémie semble maîtrisée, selon le ministère de la Santé. Les patients ont en effet pu être pris en charge à temps.

Pour autant, Madagascar n’en a pas fini avec la maladie cette année. Selon le ministre de la Santé, la multiplication des feux de brousse favorise la propagation de l’épidémie. Chassés par les incendies, les rats quittent la forêt pour se réfugier dans les zones habitées. La maladie se transmet alors par les piqûres des puces des rongeurs.

L’an dernier, l’épidémie de peste a fait 68 morts à Madagascar et les autorités s’attendent à un bilan encore plus lourd cette année.

Depuis les années 1980, la peste a fait son retour dans la Grande Île. Si la maladie est présente dans une vingtaine de pays dans le monde, Madagascar est le pays le plus touché selon l’Organisation mondiale de la santé.

Carte de la présence de la peste dans le monde entre 1970 et 1998
Carte de la présence de la peste dans le monde