La mairie de Ouangani
La mairie de Ouangani

«Une véritable discrimination qui est faite envers nos enfants». Des parents d’élèves de la commune de Ouangani publient une lettre ouverte à la ministre des outre-mer qui entame ce jeudi matin une visite de 4 jours à Mayotte. Ils dénoncent une «inégalité de traitement dont souffrent les Mahorais dans tous les domaines».
Ce sont d’abord bien entendu les conditions d’accueil des enfants dans les écoles qu’ils expliquent à la ministre : les rénovations des écoles et leur mise aux normes en termes de sécurité et d’hygiène se font attendre, la restauration adéquate pour nos enfants est toujours inexistante, les activités périscolaires n’ont jamais vu le jour dans nos écoles, les salles de classe font toujours défaut ce qui entraine des rotations dans certaines écoles… «Nos enfants ne connaissent pas la joie d’avoir un infirmier ou/et un médecin scolaire, dans leurs établissements», précisent-ils.

Concernant les rythmes scolaires, comme «aucune réunion du comité de pilotage ne s’est tenue, alors que le PEDT en prévoit 3 par an», il n’existe «aucun suivi ni bilan de ces rythmes scolaires». Pour eux, les conséquences sont évidentes : «la réussite des élèves n’est pas au rendez-vous. Plus de 40% des enfants qui entrent en sixième ne savent ni lire ni écrire.»
«Madame la Ministre, que font les services de l’Etat dans le suivi des fonds alloués aux communes pour mettre en place les rythmes scolaires?» se demandent-ils.

La «cacophonie totale»

Et ces parents rentrent dans les détails. «Avec tous ces problèmes plus urgents les uns que les autres, voici que la mairie de Ouangani et le vice-rectorat se mettent à jouer avec l’avenir de nos enfants», dénoncent-ils. Il citent les horaires que la municipalité de Ouangani souhaite appliquer dans ses écoles (de 7h à 12h15 et de 12h à 17h), sans «services adéquats pour l’accueil de nos enfants dans le cadre des rythmes scolaires», en particulier la restauration et les activités périscolaires.

Une école primaire
Les questions des écoles et de l’éducation en général, au coeur de la visite d’Annick Girardin

«Dans cette cacophonie totale, quand nous accompagnons nos enfants à 7h dans les écoles, il n’y a pas d’enseignants puisqu’ils commencent à 8h (comme le veut le vice-rectorat). A 11h la journée se termine, puisque l’après-midi la mairie se désengage de toutes responsabilités».

Et leurs dernières questions s’adressent directement à la Ministre : «Quand est-ce que nos enfants auront les mêmes conditions de travail que leurs camarades de Saint-Pierre et Miquelon? Quand est-ce que nos enfants auront les mêmes chances de réussite que leurs collègues de l’académie de Rennes? En effet, à Mayotte le taux de réussite au BAC 2017 est de 48% (au 1er tour) alors qu’au même moment celui de l’académie de Rennes est de 92 %».
Toutes les questions liées à la jeunesse en général et à l’éducation en particulier seront décidément et à juste titre, au cœur de cette visite ministérielle.

PM
www.lejournaldemayotte.com