Le colonel Leclercq, commandant la gendarmerie de Mayotte, en intervention
Le colonel Leclercq, commandant la gendarmerie de Mayotte, en intervention

Le général de corps d’armée Lambert Lucas, qui commande la gendarmerie d’Outre-mer, revient dans une interview pour le site essor.org de la gendarmerie nationale, sur les dispositions prises en Nouvelle Calédonie dans le cadre du référendum à venir, et à Mayotte où l’annonce des mesures vient conforter les confidences du colonel Leclercq, commandant de la gendarmerie de Mayotte

« En 2018, la situation nécessité d’anticiper, car tout va toujours plus vite en Outre-mer », indique le général Lucas en préambule. Il cerne les problématiques, « démographie, social, économie et approvisionnement en eau », dont il faut saisir les enjeux, « Mayotte est un département qui nécessite énormément d’attention, et une montée en puissance dans les années qui viennent. »

Il confirme que si des effectifs supplémentaires doivent arriver, c’est aussi l’organisation générale qui va être revue. Le seul « Comgend », Commandement de gendarmerie, actuel, va se voir largement renforcé avec « une section de recherche, des Brigades de recherche, au moins deux compagnies, et une organisation territoriale, « pour faire entrer en caserne les 60% de gendarmes qui habitent à l’extérieur. »

Enfin, des « dispositifs novateurs » pourraient mis en place si les besoins s’en font sentir, « avec du personnel de renfort envoyé depuis la métropole. »

De quoi rassurer après les lenteurs du plan sécurité. Une volonté de réorganiser l’action des militaires en haut lieu, qui vient conforter les annonces sur place.

A.P-L.
lejournaldemayotte