Une délégation du Sgen-CFDT de Mayotte a été reçue le 30 mai au Ministère de l’Éducation nationale et le 1er juin à Matignon.  Le Sgen-CFDT de Mayotte a porté les revendications des personnels sur les questions de sécurité, de bâti scolaire et d’attractivité, ainsi que la question des séismes.

La sécurité à Mayottedelegation sgen-cfdt mayotte au ministere

Le Sgen-CFDT de Mayotte a rappelé sa demande déjà ancienne d’une prise en charge renforcée, par l’ensemble des services de l’État, des mineurs isolés. Leur nombre est estimé à environ 4000. Ils ne sont ni scolarisés ni pris en charge par des structures adaptées. Si cela n’est pas le seul facteur de l’insécurité à Mayotte, il y contribue largement par le phénomène des bandes, en particulier aux abords des établissements scolaires, et même à l’intérieur de ceux-ci.

Le Sgen-CFDT de Mayotte a insisté sur le fait que l’École ne pouvait pas, ne devait pas être la seule à prendre en charge ces jeunes. Il est indispensable qu’une réflexion, pilotée par le préfet, aboutisse à la mise en œuvre d’une politique publique d’accompagnement de ces jeunes vers une formation, que ce soit par un dispositif de formation initiale ou par celui de la mission locale. L’État doit s’engager à donner les moyens financiers et humains pour ce faire.
Le bâti scolaire

Il nait chaque jour sur l’île de Mayotte l’équivalent d’une classe… Près de 10000 naissances ont eu lieu en 2017… c’est à la fois un atout – la jeunesse est source de dynamisme y compris économique – mais aussi une difficulté : arriver à construire un nombre de classes suffisant, alors que le déficit est déjà grand ! Des efforts importants ont été consentis par l’État ces dernières années, et les programmes de constructions, tant dans le premier degré que dans le second degré, se sont accélérés. Mais il reste encore beaucoup à faire, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Certains nouveaux bâtiments sont peu adaptés aux conditions climatiques de Mayotte. Le Sgen-CFDT de Mayotte demande que les architectes prennent en compte les techniques ancestrales de construction qui permettent de ventiler les bâtiments, sans faire forcément appel à la climatisation qui nécessite un investissement supplémentaire à la construction mais aussi des frais de fonctionnement et de maintenance impossibles à assumer par le territoire. Il en va aussi de la cohérence avec les politiques de développement des énergies alternatives et de développement durable.

L’attractivité, le recrutement et la formation des personnels

Le Sgen-CFDT de Mayotte reçu par la conseillère Éducation du Premier ministreLe Sgen-CFDT de Mayotte demande la prolongation du recrutement transitoire des Professeurs des Écoles au niveau de la licence. La période transitoire doit se terminer en 2019, mais il est nécessaire de continuer le recrutement afin de stabiliser des enseignants titulaires bien formés face aux élèves du premier degré. Il s’agit d’un enjeu majeur pour Mayotte et son système éducatif.

Le Sgen-CFDT de Mayotte revendique la mise en œuvre du même dispositif pour le recrutement des professeurs et CPE dans le second degré.

Il demande aussi que des formateurs en nombre suffisant soient missionnés sur le territoire et puissent épauler le travail des formateurs de l’antenne de l’ESPE de la Réunion au Centre Universitaire et de Recherche de Mayotte.

En attendant de former sur place un nombre suffisant d’enseignants, de CPE, etc., le Sgen-CFDT de Mayotte demande une meilleure prise en compte dans la carrière des agents métropolitains de leur temps de séjour sur le territoire de Mayotte, par exemple en permettant la prise en compte de ce temps dans l’accès à la classe exceptionnelle.

Enfin, plus globalement, le Sgen-CFDT de Mayotte demande que l’attractivité générale de l’île fasse l’objet d’une réflexion qui aboutisse à des mesures concrètes pour que les habitants et agents de l’île puissent trouver sur place une offre culturelle, sportive, intellectuelle… ainsi que les infrastructures nécessaires,  dignes de tous les territoires de la République.

Les séismes

Le Sgen-CFDT de Mayotte a alerté ses interlocuteurs des conséquences des séismes à répétition sur les conditions de vie et de travail des habitants et des agents.

Réveillés plusieurs fois par nuit, les élèves, leurs parents et les personnels sont épuisés. Cet épuisement est parfois source de tensions qui détériorent les conditions de travail. Le Vice-rectorat de Mayotte doit en tenir compte.

Le Sgen-CFDT de Mayotte a demandé que les conclusions des études sismologiques soient rendues publiques et qu’elles soient prises en compte pour le bâti scolaire, existant et en construction.

Il a également demandé à ce que les personnels soient formés, sur leur temps de travail, aux bons gestes et techniques