L’appel au débrayage lancé par le syndicat FO aux salariés de Total, initialement prévu pour durer jusque dimanche soir, est reconduit «de façon illimité» explique le délégué syndical Abdallah Inoussa Anli.

Total camionDepuis le vendredi 11 août, les grévistes de Total bloquent les stations-services de l’île, plongeant ainsi la population de Mayotte dans un embarra certain. Les stations momentanément ouvertes sont saturées. Par précaution et par crainte, de nombreux automobilistes se sont rués sur certaines stations. Samedi 12, la préfecture a appelé au civisme par voie de communiqué car certaines stations allaient atteindre la rupture alors qu’en situation normale, les stocks auraient été suffisants pour le weekend.

Du côté des grévistes, la tension n’est pas retombée. Dimanche 13 août, les syndicalistes FO ont été en contact avec la direction de l’entreprise. Mais ils estiment «qu’aucune solution n’a été trouvée. Rien n’a avancé à part le fait que nous ayons reçu des menaces», s’insurge Abdallah Inoussa Anli.

Une réunion a été proposée par la direction pour jeudi prochain, le 17 août, mais les syndicalistes considèrent que cette réunion devrait avoir lieu plus tôt. Ils prennent cette échéance tardive comme «un signe pour nous faire comprendre qu’il faut arrêter les blocages car on a le temps de discuter après».

Dans ce climat tendu, il était presque évident que le syndicat reconduirait la grève, c’est chose faite. Un communiqué a donc été envoyé afin de poursuivre le mouvement. «A cette heure, aucune station ne fonctionne et les dépôts sont également bloqués. Le syndicat FO a demandé à tous les salariés de débrayer afin que la direction de Total Mayotte se remette autour de la table et puisse s’engager sur l’amélioration des conditions de travail et des rémunérations».

L.A.
www.lejournaldemayotte.com

image_pdfFaites un PDF avec l'article

Comments are closed.