Le ministre de l'intérieur (crédit photos : gouvernement)

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a présenté le nouveau «schéma d’intervention» destiné à coordonner l’action des unités d’élite après les attentats de 2015. En cas de crise grave ou d’attaque d’envergure, le ministre a par exemple annoncé que les zones de compétences réparties entre la gendarmerie et la police pourraient être suspendues.

Bernard Cazeneuve à la préfecture de Mamoudzou, le 19 juin 2014, suivi du député Ibrahim Aboubacar
Bernard Cazeneuve à la préfecture de Mamoudzou, le 19 juin 2014, suivi du député Ibrahim Aboubacar

Si Bernard Cazeneuve prévoit de doubler les effectifs de « l’antigang », ce sont les créations de nouvelles unités qui nous intéressent particulièrement. Quatre nouvelles antennes du GIGN et trois du Raid seront créées en province et outre-mer. Le Raid va ainsi s’installer à Toulouse, Montpellier et Nancy. Quant au GIGN, il se positionne à Nantes, Reims, Tours et Mayotte.

La nouvelle est donc confirmée pour notre département. Chez nous, il ne s’agit pas réellement d’un groupement d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) mais d’un GPI-OM (Groupe de peloton d’intervention Outre-mer). Ce type d’unité existe déjà dans toutes les autres collectivités ultramarines à l’exception de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Sur l’esplanade du M’Biwi

L'équipement du GPI de La Réunion (Photo: JIR)
L’équipement du GPI de La Réunion (Photo: JIR)

Cette trentaine d’hommes aura vocation à intervenir sur l’ensemble des zones police et gendarmerie sur des missions particulières comme les prises d’otages ou les interventions dans les aéroports. Mais cette unité d’élite pourra aussi être intégrées à tous les services de police ou de gendarmerie et effectuer des contrôles de zone ou d’identité.

Une chose semble acquise : selon nos informations, la gendarmerie de Mayotte installe ce GPI aux Hauts-Vallons, dans un bâtiment donnant sur l’esplanade entre les restaurants M’biwi et la Bigoudène. Sur deux niveaux, l’unité disposera de ses bureaux et de sa base logistique, ce qui permettra à ces gendarmes d’être hébergés dans le quartier à proximité.

Si la création de l’unité est confirmée, reste à mettre en place la structure, les équipements et à faire venir des hommes formés. Ce GPI Mayotte ne devrait pas être au complet avant l’année prochaine.

RR
www.lejournaldemayotte.com