La ville de Sada

Le collectif notamment à l’origine de la mobilisation du mois de mars, dénonce des inscriptions scolaires qui surchargent les classes des écoles primaires de Sada. Ils sont intervenus ce mercredi contre l’action de l’inspectrice académique de Sada, “elle a procédé à l’admission hors cadre juridique, c’est à dire non reconnu par la municipalité en charge des inscriptions, de nombreux élèves”, nous faisaient-ils savoir.

Ils ne veulent pas entendre parler de l’obligation de scolariser tout enfant de plus de 6 ans, mais évoquent des classes surchargées, et une inscription forcée d’enfants qui n’ont pas le niveau de la classe qu’ils intègrent, et sans accord de la mairie.

A la suite de  ce constat, une délégation de parents d’élèves de Sada et le Collectif ont rencontré l’inspectrice à Sada 2.