Safina Soula Abdallah (au centre) devant l'entrée du bureau des étrangers mardi

Après la bousculade mardi et le déploiement de forces de police mercredi matin, le Collectif citoyen de défense des intérêts de Mayotte (Codim) a été reçu mercredi en fin de journée par le secrétaire général de la préfecture et sous-préfet, Eric de Wispelaere.

« C’était pour faire un point sur la situation, on voulait que les problèmes soient dits par nous », explique Safina Soula Abdallah, une des porte-paroles du Codim.

La mobilisation va rester au même niveau selon le collectif, c’est-à-dire une poignée de « mamans » postées face au bureau des étrangers de 8 à 16h. « Il n’y a pas grand monde à faire la queue, donc on n’a pas besoin d’être nombreux », se satisfait Mme Soula Abdallah.

Le Codim a eu la confirmation par le secrétaire général de la préfecture de sa principale revendication : que le bureau des étrangers reste clos.