L'équipe de challengers pour les élections de la ligue
L'équipe de challengers pour les élections de la ligue
L’équipe de challengers pour les élections de la ligue

«On est arrivé à un stade où il faut crever l’abcès». Les mots sont ceux d’Ibrahim Soula du BC Iloni, candidat avec 15 autres présidents et représentants de clubs*, au bureau de la ligue de basket-ball de Mayotte face à l’équipe sortante.

Ce vendredi matin, une partie de ces colistiers avait convié la presse pour présenter son projet. Et face à la fronde évidente de ces clubs, une explication s’imposait.

Les raisons qui les ont poussés à présenter cette liste concurrente sont nombreuses. «Le fonctionnement de la ligue régionale de Basketball de Mayotte est inversement proportionnel aux exploits sportifs des clubs. Notre ligue a sombré dans une léthargie», indiquent ces clubs qui dénoncent de très nombreux dysfonctionnements qui empêchent, selon eux, le développement de ce sport à Mayotte.

«Les résultats sportifs , on ne les doit qu’aux efforts et au travail des clubs. Nous n’avons aucun accompagnement de la ligue», dénonce Soula Mansour, du BC Acoua, pourtant lui-même trésorier adjoint de l’équipe sortante, mais «mis de côté comme tous ceux qui ont voulu faire changer les choses», affirment les membres de la liste.

Une longue liste de critiques sévères

C’est d’abord l’organisation des championnats qu’ils dénoncent. «On ne sait même pas d’un week-end sur l’autre qui on va rencontrer. C’est très compliqué pour s’entraîner et pour organiser les déplacements», critique Omar Abdourahamane, de Jeunesse Canon. «Fonctionnement opaque», «problème d’accès aux comptes», «absence de stratégie pour élargir la pratique du basket au public féminin et aux jeunes», «pratique inexistante du mini-basket»… le bilan dressé par les challengers est sans concession.

«Nous devons avoir un rôle pour contenir la jeunesse mais il faut savoir bien l’encadrer. Le problème, c’est qu’il n’y aucune formation d’organisée, on ne sait pour où va le basket mahorais», affirme Ibrahim Soula.

Miladji Mnemoi de Jeux d’Afrique, Ousseni Boina d'ASC Tsimkoura, Mouhamadi Khalifa d'ABS, Fatou Ahamada de Fuz'ellips, Omar Abdourahamane de Jeunesse Canon, Lahadji Abdou du Barakani Coconi, Ibrahim Soula du BC Iloni et Soula Mansour du BC Acoua
Miladji Mnemoi de Jeux d’Afrique, Ousseni Boina d’ASC Tsimkoura, Mouhamadi Khalifa d’ABS, Fatou Ahamada de Fuz’ellips, Omar Abdourahamane de Jeunesse Canon, Lahadji Abdou du Barakani Coconi, Ibrahim Soula du BC Iloni et Soula Mansour du BC Acoua

«L’an dernier, les finales de Coupes de basket ont même été organisées par un club de… handball à Dzoumogné!» relève Soula Mansour.

Un projet pour 4 ans

Résultat, une fois la longue liste des récriminations dressée, ces clubs ont commencé à élaborer un projet dès le mois d’octobre dernier. Il en ressort un projet en 4 axes et une vingtaine de propositions, prêt à être mis en œuvre durant les 4 prochaines années.
On y retrouve une stratégie pour la ligue, des mesures pour développer la pratique, pour encourager les clubs et promouvoir le basket. «C’est un projet au service des clubs», explique Lahadji Abdou du Barakani Coconi Basket.

Outre leurs orientations, ils annoncent également vouloir procéder à des embauches dans une ligue qui ne compterait que deux secrétaires pour plus de 2.000 licenciés. «Nous voulons recruter un directeur de la ligue et un responsable technique. Ce sont des postes dont on a absolument besoin actuellement», affirme l’équipe.

Se caler sur le fonctionnement métropolitain

Et si parmi ces clubs, deux grands manquent à l’appel, le TCO et le BCM, l’équipe affirme ne pas être fermée. «On les accueille à tout moment à bras ouverts!»

«Il faut prendre la mesure des enjeux. Nous avons été surclassés par la fédération. On est en nationale au même titre que les clubs métropolitains. Ca impose de respecter le règlement fédéral et d’être en mesure d’accompagner les clubs de la ligue, avec des formations par exemple, d’améliorer le service aux adhérents et de restaurer la confiance des partenaires», argumente Miladji Mnemoi, de Jeux d’Afrique.

Des irrégularités soupçonnées

«Et puis, nous devons faire émerger des jeunes talents. Nous avons un vivier incroyable. Notre rêve, c’est de parvenir à hisser un mahorais en équipe nationale», conclut Soula Mansour.

Ce match pour remporter la ligue aura lieu le 23 juillet à Mamoudzou lors de l’AG élective. Une quarantaine de clubs sont appelés à voter et leur poids est fonction du nombre de licenciés. Mais déjà, la liste des challengers dénonce des manquements et des irrégularités dans les candidatures adverses. Ce match promet d’être à la hauteur des enjeux.

RR
www.lejournaldemayotte.com

*Les membres de la liste : Lahadji Barakani (Coconi Basket), Omar-Elwadoud (Jeunesse canon), Mohamed (Golden force), Amir (Gladiator), Ousseni (ASC Tsimkoura), Nasser (Jeux d’Afrique), El kader Ben (Fuz’ellips), Moussy (Koropa fusion), Soula (BC Acoua), Fatou (Fuz’ellips), Mansoib (Basket Game), Camili (Vautour), Darkoutoumi (Ouangani), Ibrahim BC (Iloni), Mohamadi (AB Sada), Samina (Magic Basket), également soutenus par Fidelice (Chicago), Dhoulkifli (Ouangani).

image_pdfFaites un PDF avec l'article

Comments are closed.