Sandra Demestre présentait les enjeux et les échéances du Projet régional de Santé
Sandra Demestre présentait les enjeux et les échéances du Projet régional de Santé

Les professionnels de l’Agence Régionale de Santé Océan Indien préparent actuellement le Projet de Santé Réunion-Mayotte (PRS) 2018-2027. Il définira pour les 10 prochaines années les objectifs d’amélioration de la santé de la population des deux îles, et les évolutions nécessaires de l’offre de soins, de prévention et d’accompagnement médico-social pour y répondre.

Pour le présenter aux médias ce mercredi, trois représentants de l’ARS OI, Etienne Billot, Directeur de la Stratégie et de la Performance, Sandra Demestre, Directrice générale adjointe, et le docteur Jean-Marc Simonpieri, Responsable performance et projet de santé. Ils sont aussi à Mayotte pour animer un grand séminaire santé qui se tiendra ce jeudi au Centre universitaire : « Il réunira prés de 60 personnes, professionnels de la santé, médecins hospitaliers, associations, institutions et collectivités », rapporte Sandra Demestre.

Il fait suite aux deux journées d’ateliers des 24 et 26 janvier où les mêmes acteurs ont pu exprimer leurs attentes sur le PRS. Le précédent courait sur la période 2012-2017, et sa performance est à prouver à l’heure de son bilan. L’offre de soins ne s’est pas améliorée à Mayotte, qui se sent régulièrement oubliée en terme de santé au profit de La Réunion. Personne de l’antenne de Mayotte n’assistait d’ailleurs à la conférence de presse.

Vos contributions attendues sur le site de l’ARS

Etienne Billot défend le bilan du précédent PRS
Etienne Billot défend le bilan du précédent PRS

Sans partager totalement ce constat, « nos médecins se mobilisent rapidement pour venir à Mayotte, et nous avons quand même absorbé 2.500 naissances de plus en 2 ans au CHM », Etienne Billot et Jean-Marc Simonpieri reconnaissaient malgré tout, le côté « exhaustif du précédent Projet de Santé », « il faisait 1.300 pages, nous ne sommes pas sûr que tout le monde l’ait lu », rajoutait Sandra Demestre.

La nouvelle directive est donc de concentrer les énergies sur des objectifs limités, « pour garantir leur impact. » A l’issue des ateliers tenus à Mayotte, plusieurs enjeux ont été définis : la nutrition, notamment celle des enfants en axant sur la prévention de l’obésité, l’accès à l’eau potable, la Santé de la mère et de l’enfant, la fidélisation des professionnels de santé et leur formation sur place, le développement et l’accompagnement du handicap.

La démocratie sanitaire est au rendez-vous puisque les usagers que nous sommes, pourrons apporter nos contributions sur www.ocean-indien.ars.sante.fr

« Proposer un système de santé innovant »

Le docteur Simonpieri se réjouit d'échanger avec des acteurs concernés
Le docteur Simonpieri se réjouit d’échanger avec des acteurs concernés

Le PRS est constitué de 3 documents complémentaires, le Cadre d’Orientations stratégiques qui définit les objectifs généraux, le Schéma Régional de Santé qui traduit en évolution attendue l’Offre de santé, « dont la prise en comptes des maladies chroniques, d’un risque infectieux fort, de l’apparition de maladies cancéreuses, de la précarité sociale et des conditions de vie, de la jeunesse de la population, etc. », et le Programme régional d’accès à la prévention et aux soins des personnes les plus démunies.

Le docteur Simonpieri trouve les échanges, menés dans les ateliers, encourageants, « lors du premier PRS, les maires avaient été concertés et des débats publics proposés. Mais aujourd’hui, on sent une vraie prise de conscience des acteurs à Mayotte, une vraie volonté de faire évoluer les choses et de construire ensemble la politique et l’offre de soins adaptée. Nous devons prendre en compte le manque de médecins, le temps d’attente, etc. Et proposer un système de santé innovant ici, basé notamment sur les innovations technologiques, pour pallier le déficit des professionnels de santé. »

Le séminaire santé de demain va donner le top départ des synthèses et rédaction du Cadre d’Orientations stratégiques « qui doit être prêt courant mars-avril », avec un Schéma qui sera ensuite bouclé fin juin. « Nous les présenterons à la préfecture et au conseil départemental à la fin de l’année, pour un texte qui doit être promulgué avant le 1er janvier 2018. »

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte