La gendarmerie est intervenue pour faire cesser l'action de décasage
De nombreuses affaires d’aides aux immigrés arrivent au tribunal

Il aura fallu presque 48 heures au parquet de Mamoudzou pour communiquer sur cette histoire plus que sensible. 48 heures durant lesquelles les théories les plus folles ont circulé quant à la mort d’un imam samedi soir à Labattoir.
Voici les éléments qui ont été rendus publics :
La gendarmerie a été appelée samedi “entre 21 heures et 22 heures suite à l’agression d’un individu victime de plusieurs coups de couteau.” Quand les gendarmes sont arrivés sur place, la victime, un homme âgé d’environ 60 ans, foundi et imam dans une moquée de Petite Terre, était déjà prise en charge par les pompiers. Malgré les soins qui lui étaient prodigués, la victime décédait lors de son transport au centre hospitalier”.
C’est la section de recherche de Pamandzi qui a été chargée de mener l’enquête sur ce crime. Le bureau du procureur indique que “de nombreux témoins et membres de l’entourage familial de la victime” ont été auditionnés. Une autopsie a eu lieu ce lundi après-midi, sans que les conclusions n’en soient rendues publiques pour l’heure.
Par ailleurs, nous apprenons que dès dimanche, un suspect a été interpellé et placé en garde à vue dans cette affaire. Mais, ajoute le parquet “les actes d’enquête qui ont été réalisés n’ont pas permis d’établir qu’il était impliqué dans ces faits d’homicide. Sa mesure de garde à vue a donc été levée.”

L’enquête se poursuit afin “d’identifier et d’interpeller le ou les auteurs de cet homicide”