Yann de Prince, le président du Medef Réunion, aux côtés de Pierre Gattaz, le président du Medef France hier vendredi à Paris (Photo: JIR)

Le patron du Medef France, Pierre Gattaz, sera à la Réunion pendant 3 jours, du lundi 9 au mercredi 11 novembre… en même temps que George Pau-Langevin, la ministre de l’Outre-mer. Le cabinet de Pierre Gattaz s’est d’ailleurs rapproché de celui de la ministre pour solliciter une rencontre, le président et la ministre s’étant déjà rencontrés en Martinique il y a neuf mois.

Yann de Prince, le président du Medef Réunion, aux côtés de Pierre Gattaz, le président du Medef France hier vendredi  à Paris (Photo: JIR)
Yann de Prince, le président du Medef Réunion, aux côtés de Pierre Gattaz, le président du Medef France hier vendredi à Paris (Photo: JIR)

Ce déplacement à la Réunion du patron des patrons s’inscrit dans un tour de France et d’Outre-mer qu’il a entamé depuis le début de son mandat. Pierre Gattaz vient marteler son message et sa conviction : « Les Outre-mer sont le porte-avion de la France dans le monde (…) Le monde attend la french tech, la french food, le french wine et le french design…des filières premium et d’avenir pour conquérir les marchés africain et indien. » Selon Pierre Gattaz, la France a tous les atouts pour ramener son taux de chômage à 6% à condition de libérer les entrepreneurs de la pression fiscale.

S’il salue l’avantage concédé aux entreprises dans le pacte de responsabilité avec le CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi), il rappelle que l’écart avec l’Allemagne reste encore de 90 milliards d’euros. Sa solution : baisser la dépense publique. Pour autant, il ne voit pas de contradiction à plaider pour le maintien des dispositifs d’aide aux entreprises ultramarines. « Il ne faut pas toucher aux mesures spécifiques pour l’outre-mer tant que le niveau national des dépenses publiques reste au même niveau », résume Pierre Gattaz.

Ce Lundi matin, Pierre Gattaz rencontrera des chefs d’entreprises réunionnaises du secteur de l’énergie et de la gestion des déchets dans le contexte de la COP21, puis des entreprises exportatrices pour parler avec leurs dirigeants de la mondialisation.
Mardi il devrait rencontrer Thierry Galarme, le président du Medef Mayotte, venu spécialement à sa rencontre.

Le JDM
avec le JIR.