Entretien entre la ministre et le président Soibahadine ce midi

Trois heures après le début de sa réunion avec les élus de Mayotte, la ministre Annick Girardin a promis de faire des annonces ce mardi. Elle détaillera lors d’une conférence de presse les décisions qui auront été prises pour notre département à l’issue de deux mois de travail des émissaires du gouvernement.
Légère déception donc de n’avoir pas de déclarations plus solides ce dimanche, mais c’est un choix de méthode que la ministre a pris le temps d’expliquer.
« L’Etat ne peut pas construire seul ni un plan, ni la mise en oeuvre de ce plan » commence-t-elle, plaidant une fois encore pour une « co-construction » avec les Mahorais. En outre ajoute-t-elle, « on ne construit pas sur l’inquiétude, on ne constuit pas sur la colère ». Une manière de dire qu’en pleine polémique sur l’idée de communauté d’archipel, l’heure n’est pas propice aux déclarations. Mais surtout, la ministre a fait le choix de rencontrer d’abord tous les acteurs du département avant de rendre son plan définitif, et se réserve la possibilité de faire évoluer ses annonces en fonction de ces échanges de dernière minute. Après les élus ce dimanche matin, elle doit rencontrer les associations cet après-midi.

Annick Girardin fera des annonces plus précises mardi

« C’est extrêmement important avant d’annoncer ce plan officiellement, je vais peut-être encore ajouter quelques points. »
Elle a toutefois tenu à rassurer encore sur le statut de Mayotte. « Mayotte est français et le restera. Mayotte est un département et restera un département. Que des idées aient pu être discutées par des fonctionnaires, que des documents aient circulé en interne*, c’est une chose, mais ce sont encore les élus qui décident. »
Elle a à ce sujet rappelé la « position ferme » de la France vis à vis des Comores, après la décision de plus accorder aucun visa à des citoyens comoriens. « Ca fait toujours trop lent ces discussions diplomatiques, mais il y a la volonté de trouver des solutions et on en trouvera. »

Au début de ces trois jours sur le territoire, Annick Girardin promet en outre de la transparence. « Il est important à Mayotte où la peur et la rumeur sont importants que tout soit transparent, que tout soit dit. »

« Mayotte entre dans une phase de développement qui ne s’arrêtera jamais, et qui devra être accompagnée » conclut la ministre.

*  Cette déclaration fait suite à la publication par la journaliste Estelle Youssoufa d’un document présenté comme une communication interne et confidentielle à la préfecture de Mayotte qui évoque les origines et les buts d’un projet de communauté d’archipel des Comores. Un ducument authentique, confirme le préfet, mais qui n’a « rien d’officiel », il s’agirait en effet d’une communication interne entre agents désireux de s’expliquer les origines de « la rumeur », et non de « la position de la préfecture ».

Y.D.