Des apprentis cuisiniers... "à l'école des Outre-mer"
L’apprentissage, une bonne formation professionelle

« En Suisse, la formation professionnelle initiale en alternance représente le mode de formation le plus courant, choisi par près des deux tiers des élèves à l’issue de la scolarité obligatoire (15 ans) », glisse le Livre blanc de l’Apprentissage, page 10,  histoire de mettre la pression au gouvernement sur une formation adaptée aux jeunes.

Près d’un million et demi de jeunes demeurent sans emploi ni qualification en France en 2017, « 5.000 jeunes environ sans qualification arrivent sur le marché du travail à Mayotte chaque année », précise la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Mayotte. Dans le même temps, de nombreuses entreprises artisanales peinent à recruter du personnel qualifié.

Le réseau des chambres de métiers et de l’artisanat porte aujourd’hui 7 propositions concrètes, opérationnelles et innovantes, regroupées dans un livre blanc de l’apprentissage, fruit de la réflexion des élus et agents de tous les départements, « pour remettre les entreprises et les apprenants au cœur du système. »

A travers son projet de Centre d’Aide à la Décision et de formation de Maîtres d’Apprentissage, qui devrait voir le jour début 2018, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Région Mayotte s’inscrit dans cette dynamique d’apprentissage d’un métier, dont le gouvernement veut faire un enjeu national.

Avec la volonté d’adapter son offre de formation par la mise en œuvre de solutions innovantes comme l’Ecole des Métiers, de mieux préparer les futurs apprentis avant leur entrée en entreprise, de favoriser une orientation choisie et non subie, et de valoriser le rôle et la fonction de maîtres d’apprentissage absents sur le territoire, l’Université Régionale des Métiers et de l’Artisanat, en partenariat avec le réseau national des URMA (Université régionale des métiers et de l’artisanat) mais aussi avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de Mayotte, est prête à relever ce grand défi mahorais de l’insertion, de la formation et de l’accompagnement vers un métier de l’artisanat, plébiscité par 94% des français (sondage BVA octobre 2017).

image_pdfFaites un PDF avec l'article

Comments are closed.