Deux policiers avaient déposé plainte contre Julien Gauquelin, l’ex-président de l’Association Jeunes de Kawéni Espoir (AJKE) pour outrage et rébellion. Son interpellation avait eu lieu dans le cadre des tensions qui avaient enflammé le quartier de Kawéni en octobre 2016. Il avait tenté toute la matinée de calmer la centaine de jeunes qui menaçaient de descendre dans la rue. Un officier de la Brigade anti-criminalité l’avait accusé d’outrages et un autre policier des faits de rébellion au moment de son interpellation.

Julien Gauquelin, AJKE, en discussion avec les jeunes du quartier
Julien Gauquelin était parvenu à calmer les jeunes du quartier
L’affaire était jugée ce mardi, et s’est conclue par une relaxe de Julien Gauquelin. Une interpellation qui lui avait fait perdre son emploi au collège de Kawéni 1, déplore son avocate Marjane Ghaem.