Quatre terrains mobilisés et une phase finale au Baobab

Après la victoire de l’ASC Kawéni ce dimanche au Baobab dans un tournoi U13 avec 52 clubs engagés, un constat s’impose: le football à Mayotte prend toujours plus d’ampleur et se donne les moyens d’attirer encore davantage de licenciés.

52 clubs engagés sur le tournoi U13 le week-end dernier
52 clubs engagés sur le tournoi U13 le week-end dernier

C’était un des événements sportifs du week-end: 58 équipes venues de 52 clubs s’affrontaient sur 4 terrains à Mamoudzou. Ces benjamins (U12/U13), nés en 2002 et 2003, étaient 850 à se disputer le titre finalement remporté par l’ASC Kawéni, une victoire méritée compte tenu des bons éléments du collectif mais aussi pour l’éducateur qui suit l’équipe depuis plusieurs années.

Les jeunes sont toujours plus nombreux à plébisciter la pratique du foot à Mayotte. La seule catégorie U13 compte 1.100 licenciés… plus que le rugby mahorais tout entier, pour donner une idée de la force et de l’attrait du ballon rond dans notre département. «Le foot est un sport de masse parce que c’est un sport sympa, simple, praticable partout et qu’il est bien rentré dans la culture mahoraise», explique Guillaume Brouste, conseiller technique de la ligue (LMF).

850 benjamins venus de tout Mayotte
850 benjamins venus de tout Mayotte

Pour autant, si le foot mahorais bénéficie aussi de la surmédiatisation avec des jeunes qui peuvent s’identifier, il ne se repose pas sur ses lauriers. «C’est vrai que la demande est là mais il faut aussi provoquer un élan», souligne Guillaume Brouste. La ligue forme ainsi les éducateurs, dans des temps où les échanges peuvent être complets. Pendant la période du ramadan par exemple, la ligue organise des sessions de formation l’après-midi avant le foutari où les discussions peuvent se poursuivre.

Des formations et des projets

«On forme une centaine d’éducateurs tous les ans aux différents certificats fédéraux de football (CFF), avec par exemple des modules gardien de buts ou arbitrage, ou encore sur un programme ‘santé, sécurité’», précise Guillaume Brouste. Actuellement, 17 éducateurs sont en formation BMF (brevet de moniteur de football) et ce sont ces encadrants qui ont arbitré le tournoi U13 de ce week-end.

Quatre terrains mobilisés et une phase finale au Baobab
Quatre terrains mobilisés et une phase finale au Baobab

Actuellement, si les clubs n’ont pas toujours beaucoup de moyens à consacrer aux jeunes, les entraînements pourraient s’enrichir de nouveaux moments. La fédération (FFF) souhaite développer de courts modules de 5 minutes pendant lesquels les jeunes aborderaient le foot différemment à travers des quiz, des questions sur l’hygiène de vie… Un «projet éducatif fédéral» qui n’en est qu’à ses balbutiements à Mayotte mais qui pourrait se développer.

Les footballeuses enfin reconnues

Les jeunes sont toujours plus nombreux, les féminines aussi. Les filles des U15 sont ainsi passées de 48 l’an dernier à 108 cette saison. Même tendances chez les seniors, avec 253 licenciées contre 195 l’an dernier.

Le samedi 14 novembre leur sera d’ailleurs entièrement consacré avec une belle journée de foot à Chiconi de 11h à 17h. Au programme, des animations pour les plus petites, un tournoi U13 pour lancer un véritable championnat, un tournoi U16 et un autre senior à 8. Ces moments seront le prélude aux finales de la Coupe de Mayotte U16 et celle des seniors qui opposera Jumelles au FCM.
A noter aussi la journée du dimanche 6 décembre où un tournoi de beachfoot est prévu à Sohoa de 8h à 17h30, pour développer une nouvelle pratique sportive.

Malgré les déboires dont se relève doucement mais sûrement la ligue, le football mahorais n’est pas disposé à se laisser rejoindre par d’autres disciplines.
RR
Le Journal de Mayotte