pbi-afd-start-up-challengeL’Afrique connectée, c’est déjà une réalité. Avec l’adoption rapide du mobile, le continent est devenu une terre d’innovation numérique. Depuis plusieurs années, les usages du mobile se sont multipliés, par exemple grâce au paiement via le portable. Si on y ajoute l’adoption grandissante des smartphones et le déploiement du haut-débit, c’est tout un environnement qui permet aux entrepreneurs du numérique de proposer de nouveaux produits et services dans l’ensemble des secteurs économiques. Le nombre des «hubs technologiques», centre de «coworking», «lab» et autres incubateurs dépasse déjà les 300 sur le continent.

Pour accompagner ce mouvement, l’AFD et BPI France (Banque publique d’investissement) ont choisi de «mutualise» leur expérience en matière de financement de l’innovation numérique et du développement» en créant un concours international, le «Startup Challenge Digital Africa». Il vise naturellement à encourager et soutenir les nouveaux acteurs de l’économie numérique, mais aussi accélérer la diffusion de savoir-faire et faciliter l’émergence de nouvelles solutions pour le développement.

«Les sauts technologiques qui s’opèrent actuellement en Afrique et l’émergence d’une classe moyenne jeune crée des opportunités exceptionnelles de développement pour les entreprises africaines et françaises», constate Nicolas Dufourcq, le directeur général de Bpifrance. «Nous sommes fiers de participer à ce concours qui s’inscrit dans la continuité de nos actions pour l’internationalisation des entreprises et la coopération avec le continent Africain.»

Quatre secteurs pour ce concours

Pour ce concours, quatre secteurs ont été sélectionnés pour leur dynamisme et leur potentiel d’impact pour le développement du continent : la fintech (technologie financière), la santé, l’environnement/énergie et l’agriculture.

AFD BPI«Le numérique peut-être un formidable accélérateur de développement durable en Afrique, à la condition que chacun puisse bénéficier du tremplin de l’innovation», indique Rémy Rioux, le directeur Général de l’AFD. «L’Agence Française de Développement veut accompagner cette transition porteuse de nouvelles trajectoires de croissance, soutenir des entrepreneurs du Sud dont les projets sont prometteurs pour leur continent et favoriser les interactions entre entrepreneurs du Nord et du Sud».

Un jury qualifié et deux parrains de choix

Le jury sera composé de personnalités qualifiées, africaines et françaises et de représentants de l’AFD et de BPI France. Ce «Startup Challenge Digital Africa» est également parrainé par deux entrepreneurs influents du monde des technologies et de l’innovation. Il s’agit de Karim Sy, un entrepreneur basé à Dakar et fondateur du réseau Jokkolabs (1er espace de travail collaboratif africain) et de Gilles Babinet, un entrepreneur français, fondateur de Africa4Tech et premier président du Conseil national du Numérique. Il représente de la France auprès de la Commission européenne sur les sujets numériques («Digital Champion»).

Ces jurés désigneront deux start-up lauréates, une africaine et une française, dans chacun des 4 secteurs, soit 8 start-up au total.
Deux start-up supplémentaires, une africaine et un française, seront sélectionnées via un vote en ligne. Au total ce seront donc 10 start-up qui seront récompensées.
Elles seront invitées à venir présenter leur initiative et rencontrer des partenaires lors du 27ème Sommet Afrique-France qui se tiendra à Bamako les 13 et 14 janvier 2017.

Les start-up africaines et françaises ont jusqu’au 15 novembre 2016 pour déposer leurs dossiers dans un des 4 secteurs en fournissant les éléments clef de leur projet entrepreneurial sur la plateforme http://digitalafrica.afd.fr.

RR
www.lejournaldemayotte.com