La centrale électrique de Longoni n’arrête plus de s’étendre. Après l’arrivée des premiers moteurs il y a 6 ans, c’est Longoni 2 qui était inaugurée ce mardi 29 septembre. Et les projections en demandent toujours plus…

Inauguration par Florence Ghilbert-Bezard, Issa Soulaimana et Yacine Chouabia
Inauguration par Florence Ghilbert-Bezard, Issa Soulaimana et Yacine Chouabia

Les habitants de Mayotte ont été replongés dans le noir lors de l’inauguration de la Centrale de Longoni 2 ce mardi. Non pas qu’une panne d’électricité l’ait perturbée, comme ce fut le cas le matin même à Mamoudzou, mais en entendant le discours d’Issa Soulaimana, conseiller départemental président du Conseil de surveillance de EDM : « Dans les années soixante, EDM n’existait pas, et le seul groupe électrogène de l’île alimentait l’ORTF en Petite Terre ainsi que les services des télécommunication. Puis, Dzaoudzi a pu avoir le sien, nous permettant d’aller au cinéma tous les samedis soirs ! »

Yacine Chouabia, le directeur général d’Electricité de Mayotte, n’avait plus qu’à surfer sur cette mini révolution industrielle qui, en 37 ans, a propulsé Mayotte au 21ème siècle : « La première tranche Longoni 1 a été officiellement livrée il y a 6 ans pile, le 29 septembre 2009. Et nous inaugurons déjà aujourd’hui la deuxième tranche. »

C’est qu’il faut suivre à Mayotte ! « Depuis 1995, la consommation d’électricité a été multipliée par 8. Si cette année, nous connaissons une pointe, il faut comprendre qu’elle équivaut pour nous à la consommation totale du territoire en 1997. » Alors qu’en métropole la consommation se cassait la figure de 6% en 2014 avec la « décroissance », elle prenait 6% à Mayotte, une année pourtant morose.

« Reproduire la capacité de Longoni 1 d’ici 2021 »

Yacine Chouabia: "ce n'est pas un challenge, mais un défi"
Yacine Chouabia: « ce n’est pas un challenge, mais un défi »

Et en regardant devant nous, la perspective est abyssale : « en projetant les 8% annuels d’accroissement de ces dix dernières années, nous allons doubler notre consommation d’ici 2025 », annonçait le directeur général, qui évalue l’augmentation de la capacité de production nécessaire à « une puissance équivalente à Longoni 1 d’ici 2021… Ce qui laisse très peu de place à l’attentisme ! »

En cause, la forte natalité, l’accroissement du nombre de foyers plus petits et le développement de l’activité économique de l’île.

L’opérateur qui vient à peine de boucler ses 130 millions d’investissement en 4 ans, « rappelons que le père de ces projets est mon prédécesseur Olivier Flambart », doit déjà programmer plus haut et plus loin, et une main ne suffira bientôt plus pour compter le nombre des extensions de Longoni : « ce n’est pas un challenge mais un défi. »

Pas question pour autant d’aligner « un cheptel de moteur Diesel », et cela fait quelques années que EDM s’est mise à la maitrise de l’énergie, notamment en poussant les entreprises à acquérir la compétence RGE (Garant de l’environnement).

L’éclairage contre la délinquance

Les trois moteurs de 12 MWatts ont complété les 5 de 8 Mwatts de Longoni 1
Les trois moteurs de 12 MWatts ont complété les 5 de 8 Mwatts de Longoni 1

Ce sont aussi les normes qui rattrapent l’opérateur, qui a du réduire son empreinte environnementale, « c’est pourquoi nous inaugurons aussi aujourd’hui l’installation Denox de dépollution des moteurs de Longoni 1 », indique Yacine Chouabia au parterre d’invités présents à la centrale ce mardi. « Un système de catalyseur et de traitement à base d’urée », complète Emmanuel Geyer, représentant de la société Clemessy, constructeur de Denox sur Longoni 1.

Surtout que la loi pour la transition énergétique prévoit que chaque territoire atteigne 50% d’énergie renouvelable dans le mix énergétique en 2020. Un long chemin pour Mayotte qui en est à ses balbutiements.

Un chantier qui aura duré 2,5 ans, « sans aucun blessé. Si ! Une foulure », plaisante Frédéric le Lidec, président du groupement DCNS-Wärtzilä-Colas.

L’investissement va alimenter le développement économique, faisait remarquer la sous-préfète directrice de cabinet du préfet, Florence Ghilbert-Bezard, qui soulignait « une offre d’électricité à un prix raisonnable. » Et qui profitait de la présence de quelques maires, dont le président de leur association, pour appeler à « un partenariat sur l’installation d’éclairage public, dans un soucis de prévention de la délinquance. » « Demain, je dépose une demande sur son bureau », glissait Saïd Omar Oili.

Futur site de Longoni 3
Futur site de Longoni 3

Un cocktail dinatoire était servi en clôture de l’après-midi, à l’endroit même où s’érigera Longoni 3.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte