Cette jeune chatouilleuse du nom de ces femmes qui ont combattu dans les années 60 l’influence des autres îles des Comores sur Mayotte, et milité pour le rattachement de l’île à la République française, est morte le 13 octobre 1969. Elle s’était glissée dans le cortège décidé à empêcher un notable mahorais de se rendre dans les îles voisines des Comores. La force publique appelée “garde comorienne”  avait ouvert le feu sur la jetée de Mamoudzou, une balle atteindra mortellement la jeune Zakia Madi. Selon les témoignages, elle avait 16 ans.

Zakia madiLe Conseil général convie toute la population à une cérémonie d’hommage à Zakia Madi le lundi 10 et le mardi 11 novembre 2014 avec un Débah, le 10 novembre, à 18h, Place de la république, autour de la cérémonie de dévoilement de la plaque Zakia Madi, et l’Opéra-shenge « Mahakama ya Zakia », le 10 novembre à 20h 30, au cinéma Alpa Joe, tiré de la pièce “Zakia Madi, la chatouilleuse” d’Alain Kamal Martial (2004). La pièce célèbre le combat des Chatouilleuses et rend un fervent hommage à la femme mahoraise.

Enfin, il y aura un Maolida ya shenge, le 11 novembre 07h à 12h, à Ouangani. Le Maolida ya shenge traditionnel organisé par le Conseil général de Mayotte avec la collaboration de la mairie d’Ouangani commémore Zakia Madi dans son village natal. Toute la population mahoraise est invitée à ce recueillement spirituel. Le ramassage des groupes de shenge se fera aux lieux habituels entre 7h00 et 8h00 le même jour.

A.P-L.