Ersi Volonaky revient sur les 13 ans de galère

« On se croirait à La Réunion ! », lâche, épaté, un client. Tandis que des fous-rires se font entendre du côté du tapis roulant : un challenge pour les débutantes dans ce sport, et certaines faisaient le grand écart, avant d’accéder au premier étage ! Les y attendent 3.400 m2 de rayons, achalandés comme jamais Mayotte ne l’a connu, 16 caisses, et bientôt 12 boutiques, qui faisaient encore entendre perceuses et scies sauteuses. Pour les automobilistes, 200 places de parking, en sous-terrain et en plein air.

Une révolution pour Mayotte, qui a représenté un investissement de 24 millions d’euros, nous précise Grégory Giraud, superviseur du réseau Sodifram. Si la marque « Intermarché » s’affiche en gros sur la devanture de l’établissement, c’est en raison d’un partenariat noué début 2018 avec la marque, « nous proposons les produits Intermarché aux côtés de ceux de Sodifram. »

Le tapis roulant, une nouveauté à Mayotte

Après 27 ans de présence à Mayotte, le groupe Sodifram qui regroupe aussi Hyper Discount (HD), Sodicash, HD Meubles, Intersport, Top Mod, Fashion, Musada et G Informatique, se dote donc d’une enseigne supplémentaire avec Baobab. Les actionnaires sont toujours ceux de la société Sodiscount qui gère les autres enseignes, Gérard Roudolff, Alexandre Charalambakis, et Ersi Volonaky. Cette dernière revient sur l’énergie « énorme » qu’il a fallu déployer.

13 ans de galère pour ce gros paquebot

« Nous avons acheté le terrain il y a 13 ans, et si l’hypermarché n’est inauguré que maintenant, c’est qu’on nous a mis régulièrement des bâtons dans les roues. Alors qu’il y avait 200 emplois à la clef. », déplore-t-elle en se tournant vers Nassroudine Mlanao, son directeur d’exploitation, qui complète : « A chaque renouvellement des équipes de la DEAL, les autorisations accordées étaient retoquées. Mais nous avons aussi dû stopper les travaux en raison de la présence d’un oiseau rare, et payer 10.000 euros pour délocaliser le nid ! » Le JDM s’était fait l’écho de cette découverte de « martinets des palmes ».

La présentation, ça compte, au rayon des vins…

Sans compter la période de pénurie d’eau qui a vu stopper tous les chantiers, ou les grèves, « surtout celles à répétition du port ». Bref, le chantier initialement prévu pour durer un an et demi, en aura mis 3 pour voir sortir ce géant à l’échelle de Mayotte.

Vous attendent de 8h à 20h, des nouveautés, une vraie zone frais regroupant tous les métiers de bouche, boulangerie, boucherie, coin produits de la mer, aux côté d’un rayon puériculture très développé, d’un espace vin sans Moulis, mais bien achalandé, et d’un rayon diététique conséquent. Des produits, « un petit peu moins chers qu’au Sodifram », assure Elsi Volonaky, qui vont réjouir les habitants du sud qui n’auront plus besoin de traverser Mamoudzou et ses embouteillages pour faire leur plein.

S’il s’appelle Baobab, ce n’est pas seulement en raison du nom du rondpoint qui le jouxte, « mais parce que c’est un arbre qui peut vivre 2.000 ans, ce qu’on souhaite à notre structure ! », sourit Grégory Giraud.

… et au rayon produits de la mer aussi

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com