Faute de solution au conflit à Total à Mamoudzou, les petites et moyennes entreprises mahoraises se tournent vers Paris. Leur confédération syndicale, la CPME, écrit à Annick Girardin, la ministre des Outre-mer pour lui demander de s’impliquer.

Le ministère des Outre-mer à Paris
Le ministère des Outre-mer à Paris

«Après la crise de l’eau qui a duré plusieurs mois, les multiples blocages du port de Longoni qui est le poumon économique de notre île, maintenant (ce sont) les stations-service(s) qui sont bloquées ! Ces grèves à répétitions ont des conséquences désastreuses sur les petites et moyennes entreprises au point qu’elles ne puissent plus se relever», explique le syndicat.

«Aujourd’hui nous avons le sentiment que la République nous a abandonné et la devise Liberté, Egalité, Fraternité n’a plus de sens pour beaucoup de Mahorais. La CPME Mayotte sollicite solennellement sans délais Madame la Ministre, votre implication dans les conflits sociaux notamment celui qui est en cours (TOTAL) susceptible de déstabiliser notre île et son économie».

Dans ce courrier (qui comporte un très grand nombre de fautes, ce qui n’est pas habituel pour une correspondance vers un ministère), la CPME estime par ailleurs que l’implication du gouvernement «n’est pas à la hauteur» sur «toutes les questions concernant Mayotte». Le syndicat parle de l’«éducation, la formation, la Sécurité des biens et des personnes, l’accompagnement et le soutien financier des porteurs de projet sur les fonds Européens qui aujourd’hui n’est pas à la hauteur de ce qui est attendu. Facilit(er) l’implantation des investisseurs (norme, permis de construire etc…) ou autre blocage administrati(f). La relance de la commande publique à travers le BTP, le désenclavement terrestre, le paiement des factures qui est la première cause des faillites en France qui vont jusqu’à 3 ans voir(e) plus sur notre (î)le».

Le syndicat conclut que «les attentes et les priorités sont nombreuses suite aux inégalités (et) au laxisme des différents gouvernements successif(s)». La sollicitation est lancée et les problèmes posés même si les mots choisis et la méthode peuvent paraître un peu abrupts.