Le procureur Camille Miansoni (au centre), le colonel Quinet de la section de recherche et le Lt-colonel Fhima

Il aura donc fallu deux longues années pour remettre derrière les barreaux Abderemane Nassur, dit M’Déré, évadé de Majicavo avec deux autres détenus en 2016.
Si les deux autres fugitifs avaient déjà été renvoyés en prison, le troisième larron avait jusqu’à présent réussi à passer entre les mailles du filet. Lors de son évasion, il était en détention provisoire dans le cadre d’une mise en examen pour des faits criminels, notamment de viol et de vols aggravés en réunion.
A force d’un intense travail de renseignement, les enquêteurs de l’antenne GIGN de Mayotte et de la section de recherche de Pamandzi ont fini par établir que M’Déré, du haut de ses 22 ans, faisait des allers-retours réguliers vers Anjouan où il “exportait” du matériel volé. Selon une vidéo réalisée en mai dernier, il serait impliqué dans d’autres faits de cambriolage et vols aggravés. C’est donc une “cavale active” qu’a menée le fugitif depuis deux ans. “Il a continué ce qu’il a toujours fait, commettre des actes graves” affirme le procureur.

Abderemane Nassur, évadé de Majicavo, a été rattrapé après deux ans de cavale

Au fil des écoutes et des filatures, les enquêteurs ont acquis la conviction que leur cible allait se rendre à Soulou dimanche soir, pour y charger un kwassa de produits divers. Les gendarmes ont alors déployé un dispositif nocturne conséquent pour le pincer. “C’est quelqu’un de dangereux, commente le procureur Camille Miansoni, il fallait y mettre les moyens pour agir en sécurité”. Pas question comprend-on, de revivre l’interpellation de juin dernier lors de laquelle deux gendarmes avaient été grièvement blessés à la tête.
Si les autorités restent floues sur le dispositif mis en place, on sait qu’étaient déployés des militaires de l’antenne GIGN et des officiers de police judiciaire de la section de recherche. Une fois l’homme identifié, les gendarmes sont passés à l’action, dans l’obscurité sur le chemin de terre entouré d’arbres qui sépare la plage de Soulou de la route. Profitant de l’effet de surprise, ils ont pu interpeller “M’Déré” ainsi qu’un complice présumé, tous deux porteurs de couteaux. Des téléviseurs et un moteur de bateau qui étaient sur le point d’être emmenés à Anjouan ont aussi été découverts. Le kwassa a quant à lui pris la fuite.

“En détention pour un long moment”

Le procureur assure que l’homme ne sortira pas de sitôt

Actuellement en garde à vue, le désormais “ex-fugitif” sera rapidement amené à Majicavo. Conformément au mandat d’arrêt qui le visait, il peut être écroué sans passer par un juge des libertés et de la détention. La procédure criminelle qui le visait en 2016 va donc reprendre son cours, mais d’autres faits vont désormais s’y ajouter. Pour l’évasion, il risque notamment 5 ans de prison supplémentaire. “La peine pour évasion ne peut pas se confondre avec les autres peines pour lesquelles il était incarcéré” indique le procureur qui a donc la conviction que l’homme “est parti pour rester un long moment à Majicavo, vu la multitude de faits qu’on lui reproche”. Il n’y a en tout cas “aucun risque qu’il ne soit pas incarcéré” rassure le parquetier.
Car en plus des faits criminels antérieurs et de l’évasion, “M’Déré” devra répondre des faits présumés commis durant sa cavale.
En attendant, il devrait faire l’objet d’un régime de détention à la hauteur de ses antécédents, qui prendra notamment en compte le risque d’évasion. Un isolement judiciaire pourrait être prononcé.
Y.D.