La crainte du virus Ebola a amené un certain nombre de pays à mettre en place de nouvelles règles d’entrée sur leur territoire. C’est le cas à Maurice où deux membres du personnel d’Air France ont été les premiers à faire les frais de la nouvelle législation.

Il y a une semaine, le Conseil des ministres mauricien a validé de nouveaux règlements pour empêcher le virus Ebola de passer les frontières de l’île. Désormais, tout étranger ayant visité les pays concernés par le virus que sont le Liberia, la Sierra Leone, le Nigéria, la Guinée et la République démocratique du Congo doivent attendre deux mois avant de pouvoir fouler le sol mauricien.
La nouvelle législation a donc entraîné cette semaine le refoulement de deux membres du personnel naviguant d’Air France en provenance de Roissy-Charles-de-Gaulle. Ils n’ont pas été autorisés à séjourner à Maurice en raison de leur récent passage dans les pays touchés par Ebola, comme l’indiquent nos confrères de l’Express de Maurice.

Il y a quelques semaines, les Seychelles s’étaient déjà illustrées en empêchant l’arrivée sur leur sol de l’équipe de football de la Sierra Léone en déplacement dans la perspective de la CAN, la Coupe d’Afrique des nations. Les Seychelles comme Maurice dont les économies sont très fortement dépendantes du tourisme ne veulent prendre aucun risque sanitaire et sont bien décidés à préserver leur image de petit coin de paradis loin des tumultes du monde.