Container stockés au port (photo exclusive JDM)
Container stockés au port (photo exclusive JDM)

Dans un communiqué qui fait écho au courrier d’envoi d’une mission interministérielle censée trouver des solutions aux problèmes de fonctionnement du port de Longoni, ces professionnels du port mettent en garde, « sans améliorations rapides  du fonctionnement au port,  nos sociétés seront contraintes soit d’augmenter leurs tarifs de livraisons, soit de cesser de livrer, laissant leurs clients organiser eux même le transports de leurs conteneurs et marchandises. »

« En effet depuis de nombreux mois  nous n’avons eu cesse de signaler les dysfonctionnements quotidiens constatés au niveau de la mise à disposition et livraison de conteneurs, nos camions, chauffeurs et sous traitants transporteurs n’ont pas vocation d’ attendre pendant d’interminables heures les conteneurs  au port alors que nous savons tous qu’en sus ils passent déjà de nombreuses heures dans les embouteillages constants et permanents. Depuis des mois le secteur livraison de conteneurs  est fortement impacté tant au niveau financier que celui de  l’insatisfaction croissante des clients importateurs que nous comprenons. »

Le volume de livraison diminue

Les délais de livraison s'allongent
Les délais de livraison s’allongent

Dans un COMMUNIQUE du 04-09-17  joint, ils expliquent les raisons de ce flux tendu : « Trop souvent un seul et unique engin est disponible pour livrer les conteneurs aux camions tandis qu’il y aurait possibilité de louer d’autres engins à la SMART afin d’assurer le service pour lequel le délégataire s’est engagé auprès du Conseil Départemental lors de la signature de la DSP. »

Ce qui impacte « le volume journalier de livraisons de conteneurs (qui) diminue considérablement », alors que « les délais de restitutions se rallongent » impliquant des frais supplémentaires de stockage à quai « appliqués par le Délégataire », la société MCG d’Ida Nel, « et in fine des frais de détention de conteneur, appliqués par les Compagnies maritimes, sans concession, et impactant considérablement les prix de revient. »

Ils expliquent donc que « si aucune solution n’est trouvée urgemment par le Concédant, son Délégataire et les Compagnies maritimes pour améliorer le fonctionnement quotidien du Port, nous n’aurons pas d’autre alternative, que d’ajuster nos tarifs aux dysfonctionnements constatés et aux coûts que ceux-ci engendrent de par la perte réelle de rentabilité. »

A.P-L.

Le Journal de Mayotte