Ce dimanche 24 mai à 7h00, le corps d’un jeune homme était découvert par une passante, au trois quart immergé dans la rivière traversant la RN 3 à Hajangua. Ce soir, la gendarmerie donne des précisions alors que de nombreuses unités (brigade de Mamoudzou, PSIG, section de recherches et techniciens en investigations criminelles) ont été sollicitées pour prendre part à l’enquête.

Gendarmerie logoSelon le communiqué de la gendarmerie, «les premières constatations révèlent que la victime a lourdement chuté sur les rochers avant de terminer sa course dans l’eau de la rivière. Elle présente un important traumatisme crânien, notamment à hauteur de l’arcade sourcilière gauche avec une plaie béante en forme d’étoile. Un morceau de la boîte crânienne ainsi que des cheveux sont retrouvés sur les rochers.»

Les premiers éléments de l’enquête permettent d’établir que «la veille au soir, aux environs de 22h, la victime regagnait son domicile situé à 100 mètres du lieu où elle est retrouvée morte.» La gendarmerie souligne qu’à cet endroit ne se trouve aucune source de lumière et qu’il faisait nuit noire lorsque le jeune homme est passé à côté du pont. Ce n’est d’ailleurs que le lendemain qu’il sera retrouvé dans le lit de la rivière.

«A ce stade des investigations, l’hypothèse d’un homicide volontaire est peu probable, un accident semble plus crédible mais aucune piste n’est exclue. De nouvelles investigations sont en cours, notamment pour auditionner des témoins et tenter de découvrir de nouveaux indices», indique la gendarmerie.
Logiquement, l’enquête se poursuit. L’autopsie du corps sera pratiquée demain mercredi.