Une double obstruction du portail

Le préfet réunissait les salariés et la direction de la SMART cet après-midi. Il annonce désormais l’implication de l’Etat dans les négociations en compagnie des trois parties: le conseil départemental, gestionnaire, Mayotte Channel Gateway (MCG), le délégataire de la gestion, et le manutentionnaire SMART.

Concertation avant d'être reçus par la première vice-présidente et la directrice du portActualisé à 20h : Les salariés de la SMART, qui se sont engagés auprès du préfet à lever le barrage, sont actuellement en discussion avec la base qui bloquait toujours le port. Ils se disent sceptiques, « le secrétaire général de la préfecture Bruno André n’a pas tenus les engagements qu’il nous avait donnés. » Une nouvelle  réunion est programmée au port entre salariés ce mercredi à 6h.

A 18h : La rencontre aura été fructueuse: « il y aura dès demain matin une reprise d’activité au port de Longoni », annonce a préfecture. Le préfet Seymour Morsy a annoncé vouloir reprendre le flambeau des négociations en réunissant donc Ida Nel, à la tête de MCG, les cogérants de la SMART, le personnel délégué et le conseil départemental. « Les deux sociétés en présence doivent pouvoir travailler en bonne entente », fait savoir la préfecture.

Des négociations se tiendront dans les prochaines semaines malgré l’échéance d’expulsion de la SMART au 3 novembre: « le préfet a indiqué qu’en tant que représentant de l’Etat, toute rupture d’approvisionnement de l’île relevait de sa responsabilité », rapport Salim Nahouda, le secrétaire départemental de la CGT Ma. Ce qui sous-entendrait qu’il n’y aura pas d’expulsion qui compromettrait le traitement des containers.

Salim Nahouda se dit satisfait que l’Etat s’engage « après l’abandon provoqué par l’arrêté préfectoral de 2009 transférant la gestion du port au département ». Une preuve supplémentaire d’une décentralisation aléatoire dans nos DOM.

Les engins de levage qu bloquaient l’entrée du port de Longoni doivent être enlevés d’ici demain matin.

Anne Perzo-Lafond

Le Journal de Mayotte