Barre tribunal MamoudzouLa police informe que « le samedi 03 février vers 20h40, le commissariat de Mamoudzou était informé d’une grosse bagarre entre bandes sur Doujani. Sur place les policiers étaient violemment pris à partie et recevaient divers projectiles qui éclataient le pare-brise d’un des véhicules de police. Les fonctionnaires parvenaient à s’extraire et à se positionner plus loin dans l’attente des renforts. Sous l’autorité du directeur départemental de la sécurité publique, le commissaire divisionnaire Philippe Jos, un dispositif de restauration de l’ordre nécessitant l’emploi de gaz lacrymogène était mis en place et permettait l’interpellation de 19 individus participants identifiés à l’attroupement délictueux. L’ensemble des protagonistes était placé en garde à vue au commissariat et entendu sur les faits.

Lundi 05 février, sept d’entre eux étaient déférés devant l’autorité judiciaire dont 3 mineurs et 4 majeurs, les autres individus étaient mis en examen. »

Le parquet de Mamoudzou confirme les 19 interpellations et précise que trois mineurs font l’objet d’une information judiciaire. Ils se sont vu notifier plusieurs obligations, dont l’assiduité à l’école, l’interdiction de porter une arme mais aussi, et c’est moins fréquent  » un couvre-feu entre 19h et 5h30″, et ce, jusqu’à leur procès.

Quatre majeurs ont quant à eux été jugés lundi en comparution immédiate. A l’issue de plusieurs heures de procès, au cours desquels le commissaire et un « chef de bord de la BAC » ont témoigné, « trois d’entre eux, sans antécédents, ont écopé d’une peine d’obligation d’accomplir un travail d’intérêt général de 201h avec 2 mois de prison en cas d’inexécution. Le quatrième majeur, déjà connu du juge des enfants et qui avait eu un avertissement, a fait l’objet d’une condamnation à 280 heures de travail d’intérêt général avec 3 mois de prison en cas d’inexécution. »