Vote des subventions, sous le regard de feu Younoussa Bamana
Vote des subventions, sous le regard de feu Younoussa Bamana

Plusieurs gros dossiers ont été abordés, et les subventions ont pu de nouveau être allouées. « Nous sortons d’une année blanche durant laquelle nous n’avons pu verser de subventions aux ligues et comités sportifs », explique Issa Issa Abdou, 4ème vice-président en charge du social et de la santé, particulièrement heureux que deux dossiers soient finalisés : « La mise en place de l’antenne mahoraise de l’IRTS et la transformation de la Maison des Personnes handicapées en MDPH, en rajoutant le ‘D’ de département mais aussi de droit commun. »

Une MDPH qui devient comme en métropole un Groupement d’Intérêt public, et qui institutionnalise donc la collaboration des personnes publiques entre elles et avec des personnes morales de droit privé. Quant à l’Institut régional du Travail social (IRTS), il va permettre de former davantage de travailleurs sociaux dont nous avons tant besoin, avec un budget départemental de 2 millions d’euros, dont un quart financé par l’Etat.

30.000 euros pour l’Ecole de la 2ème chance

Nassem Zidini, fête avec anciens et actuels couvés, les 5 ans d'OUdjerebou
Nassem Zidini nous avait part de ses inquiétudes pour les 5 ans de la couveuse Oudjerebou

Nous l’avions indiqué, l’Ecole de la 2ème chance, particulièrement adaptée au département en intégrant les exclus du système scolaire, est remise sur ses rails naissants puisqu’elle bénéficie de 30.000 euros sur les trois ans à venir, « mais nous prenions déjà en charge la rémunération des stagiaires », rappelle Jean-Pierre Salinières, le DGS sur le départ. Il évalue à plus de 4 millions d’euros les subventions votées ce mardi.

La couveuse d’entreprises Oudjérébou se voit allouer 50.000 euros et la BGE (Boutique de gestion) 40.000 euros, deux structures qui accompagnent les porteurs de projets sur une île où le chômage touche prés de la moitié de la population en âge de travailler. De la même manière, l’Adie est aidée à hauteur de 50.000 euros.

Pour le Comité départemental de tourisme (CDTM), pas de surprise puisqu’il reçoit comme les années précédentes 1,5 million d’euros. La Chambre des Métiers et de l’Artisanat pourra compter sur 60.000 euros, uniquement pour organiser son Forum de l’artisanat.

Et 30.000 euros pour participer à la FIM

Michel Ahamed se donne des objectifs en local et à l'international
1,5 million d’euros pour le CDTM

La Mission locale bénéficie d’une subvention d’équilibre de 155.000 euros, « une participation qui est théoriquement du domaine de l’Etat », maugrée un élu.

Les ligues et comités sportifs bénéficient de 917.000 euros qui iront pour une grande partie épauler le basket, le foot et le hand-ball. Il ne devrait pas y avoir d’autres subventions versées cette année.

La Chambre de commerce et d’Industrie pourra compter sur 30.000 euros pour participer à la Foire Internationale de Madagascar, dont on il faut espérer des résultats positifs pour notre île à ce tarif. Surtout que cette somme correspondrait à la moitié du budget total selon nos informations.

L’ancien président Zaïdani est de nouveau intervenu pour contester les mandats spéciaux des élus dédiés à leurs déplacements. A noter que 70.000 euros seront versés pour les pèlerinages à La Mecque.

Une assemblée de la renaissance donc, qui a incité certains à la baptiser sur le mode Giono, « Regain ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte