Le département a activé en juillet le Fonds de solidarité pour le Logement : il s’agit d’aider les personnes en difficulté à financer et gérer leurs factures. Électricité de Mayotte en est l’un des contributeurs, et vient d’expliquer la marche à suivre.

Yacine Chouabia avec Madi Boura, en attente de sa demande de FSL
Yacine Chouabia avec Madi Boura, en attente de sa demande de FSL

Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) accorde des aides financières aux personnes qui rencontrent des difficultés pour assurer leurs dépenses de logement (factures d’électricité ou d’eau, loyers…). Il peut aider à financer le dépôt de garantie, le premier loyer, l’assurance du logement, les dettes de loyer ou de rembourser les impayés de factures d’eau, d’énergie et de téléphone.

C’est le département qui active le Fonds de Solidarité logement (FSL), c’est donc lui que le locataire ou le propriétaire doit contacter. Une délibération du conseil départemental de juillet 2015 ayant mis en place le FSL à Mayotte, Électricité de Mayotte (EDM) pouvait devenir contributeur. «Ce fonds répond à une des ambitions de notre Plan Stratégique Nari Wahé qui court jusqu’en 2018, qui est de devenir une entreprise citoyenne de référence à Mayotte, en replaçant l’humain au centre de nos préoccupations», tient à souligner Yacine Chouabia, Directeur général d’EDM.

Des clients responsabilisés

Laurence Yeung expliquait les démarches pour les particuliers
Laurence Yeung expliquait les démarches pour les particuliers

En cas de difficultés financières, le client d’EDM peut contacter les services sociaux du Conseil départemental ou les Unités d’actions sociales (UTAS). Une commission se réunit et doit apporter une réponse dans les deux mois. Pendant ce temps, EDM suspend les procédures de relance, «une coupure de ligne, c’est un échec pour tout le monde», commente Yacine Chouabia.

Le Plan stratégique précise aussi que chacun «doit prendre en main son avenir pour contribuer au développement de l’île». «C’est pourquoi le client doit s’engager sur un échéancier de paiement et le respecter», précise Laurence Yeung, responsable du pôle clientèle de EDM, «tout défaut de paiement sera mentionné sur un dossier qui aura du mal à être accepté l’année suivante».

Appel vers les personnes en difficulté

Un accueil spécifique chez EDM
Un accueil spécifique chez EDM

EDM a dégagé une participation de 20.000 euros pour ce fonds. Depuis la réactivation du département, 7 clients se sont fait connaître, dont Madi Subra, présent au siège d’EDM ce lundi matin, qui avait lancé une demande auprès du CD, notamment pour une facture de 400 euros d’électricité qu’il a du mal à honorer.

Mais il faut sensibiliser davantage : «Les habitants doivent faire valoir leurs droits en sollicitant le conseil départemental», appelle Yacine Chouabia, «à Mayotte, il y a souvent de l’argent mais qui reste inutilisé!»

EDM n’est qu’un des contributeurs au Fonds dans lequel on retrouve l’Etat et théoriquement des institutions financières, mais aussi les concernés, comme la SMAE (Société Mahoraise des Eaux) à Mayotte.

Un dispositif de lutte contre l’exclusion qui vient compléter ceux qui existent déjà chez l’opérateur : le tarif de première nécessité, «dont 1.000 dossiers sont à l’instruction», ou les échéanciers de paiement… «Nous avons mis en place un accueil solidarité ouvert les lundi et jeudi matin. Quelque soit le problème rencontré par le particulier, il doit venir nous en parler», insiste-t-on chez EDM.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte